Fatshi consolide sa cote dans l’opinion (sondage)

0

Dans le volet social de sa mission, l’Institut «Les Points» a mené, du 18 au 19 avril 2019, un sondage auprès  de 1000 RD-congolais issus de toutes les catégories sociales pour connaitre  le degré d’adhésion de la population aux mesures prises par le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo lors de sa tournée dans les trois provinces de la RD-Congo. Ces mesures ont été prises par le Chef de l’Etat de commun accord avec les hautes autorités du pays, à savoir le Premier ministre et ses ministres de la défense, de la justice et affaires étrangères et de l’Intérieur ai, les responsables de différents services de sécurité et de défense etc. Il s’en sort ragaillardi, car environ 64% des RD-congolais saluent ces mesures. Les actions de certains membres du gouvernement sont également appréciées.

Près de trois mois après son investiture, le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a effectué sa première mini-tournée à l’intérieur du pays. Il s’est rendu successivement à Lubumbashi dans la province du Haut-Katanga, à Goma et à Béni dans le Nord-Kivu et Kalehe dans le Sud-Kivu. Au menu de ces déplacements, la situation sécuritaire morose dans la ville de Lubumbashi, à Béni et Yumbi, le fonctionnement du poste douanier de Kasumbalesa  et le réconfort aux sinistrés du naufrage sur le lac Kivu à Mukwidja. La première  étape de sa tournée a été marquée par la réunion du Conseil  supérieur de la défense à l’issue de laquelle des mesures importantes ont été prises. Il s’agit, entre  autres, de la suppression de tout détachement des policiers, des militaires ainsi que des éléments de la Garde républicaine -GR- dans le gardiennage et dans les sociétés minières basées dans le Grand-Katanga, la permutation de certains  officiers et la relève de troupes au sein de l’armée et de la police. A cela s’ajoute la promesse du Chef de l’Etat de mettre à la disposition des troupes sur le terrain de la logistique nécessaire pour déboulonner les ennemis du pays. Les mesures importantes prises pour mettre fin aux tueries, vols et viols par des hommes armés dans le Chef-lieu de la province du Haut-Katanga et dans la partie-Est du pays sont largement soutenues par la population. Concernant la mesure portant suppression de tout détachement des policiers, des militaires ainsi que des éléments de la GR dans le gardiennage et dans les sociétés minières, la population interrogée est d’avis que Félix Tshisekedi  a envoyé un message fort aux officiers qui ont transformé l’armée et la police en un véritable business.

«Une bonne frange de la population est convaincue que  le retrait des policiers, militaires et de Gardes républicaines commises à la protection des sociétés minières impactera sensiblement sur les revenus des officiers et des hommes de troupes basés dans le Haut-Katanga», renseigne le sondage. Puis: «une certaine tendance, soit 21% des personnes interrogées, redoute que cette  mesure ne puisse, dans une certaine mesure, renforcer le malaise qui s’est installé dans le chef de certaines officiers depuis la victoire de Félix Tshisekedi à la présidentielle du 30 décembre dernier». Selon ce sondage, la population aura plus à gagner qu’à perdre car, le retrait des hommes en uniforme des sociétés minières est une aubaine pour les civils qui pourront dorénavant avoir accès à certains avantages que seuls les militaires bénéficiaient jusque-là. «Cette mesure courageuse n’est pas sans danger car, elle risque de pousser les opérateurs miniers et surtout certains officiers à la méfiance à son égard», estime-t-on.

Aussi le Président Félix Tshisekedi a fait un grand pas dans sa quête de la paix sur l’ensemble du territoire national en se rendant à Béni pour s’enquérir non seulement de la situation sécuritaire mais aussi de l’évolution de la lutte contre la maladie à virus Ebola. «Cette démarche est donc très positif car, environ  64% des répondants trouvent qu’à travers ces mesures, il  a agi plus en garant de la paix et de la sécurité des personnes et de leurs biens», souligne le sondage. La promesse du Chef de l’Etat de mettre fin à l’épidémie de  la maladie à virus Ebola dans un délai de trois mois, est également appréciée par les masses silencieuses.

Baromètre du gouvernement

A la différence de nos précédents sondages, celui-ci a été jumelé avec le baromètre du gouvernement du mois. Il a été demandé aux répondants de citer les membres du gouvernement dont les actions posées au cours de derniers jours vont dans le sens de  l’amélioration des conditions sécuritaires, sociales et sanitaires de la population.

Sans surprise, la plupart de ceux qui figurent dans le Top 10 ont accompagné le Chef de l’Etat dans ses déplacements ou ont pris part  la réunion du Conseil supérieur de la défense, anciens combattants et réinsertion. C’est le cas de Michel Bongongo, ministre de la défense a.i, classé premier avec 74% d’opinions favorables. C’est lui qui a lu le compte-rendu de la réunion de ce Conseil le 13 avril dernier. Pour ceux qui lui sont favorables, il est déterminé à accompagner le Chef de l’Etat dans son combat pour  mettre fin à l’insécurité dans l’est  du pays. Dans ce compte-rendu, il est indiqué que «le Chef de l’Etat a, dans son rôle de commandant suprême des forces armées, décidé la permutation des officiers et la relève de troupes au sein de l’armée et de la police». En second lieu, 63% des personnes enquêtées s’accordent sur le fait que le travail abattu par le ministre  de  la Santé publique Oly Ilunga porte du fruit. Il est apprécié pour son charisme, sa simplicité et sa maitrise du domaine de la santé publique. Les enquêtées encouragent les efforts qu’il fournit depuis le déclenchement de cette épidémie et la gestion rationnelle des ressources humaines et financières allouées au gouvernement et ses partenaires à la lutte contre Ebola.

Au 3ème rang trône la ministre de Genre, famille et enfant, Chantal Safou Lopusa. Au cours de ces derniers jours, elle s’est notamment impliqué pour l’entrepreneuriat des femmes, enfin de lutter contre la pauvreté qui a érigé domicile dans plusieurs familles à travers la République. Ce qui l’a conduite à organiser des activités au pays et à participer à des forums à l’étranger où elle a exhorté la femme à vaincre la peur et à initier des projets destinés à faire valoir sa place dans la société. Chantal Safou s’est aussi impliquée pour la gratuité du traitement du cancer chez la femme. Pour tous ces efforts et tant d’autres, elle a obtenu 62% d’opinions favorables.

Le ministre des Infrastructures, travaux publics et reconstruction, Thomas Lohaka, a fait un bond dans ce baromètre pour se positionner à la quatrième place avec 59% d’opinions favorables. La rapidité dans la réhabilitation des routes à Kinshasa et d’autres chantiers ouverts presque partout à travers le pays sont parmi les arguments évoqués.

Le ministre des Finances, Henri Yav, occupe la 5ème place. Il est crédité de 56% d’opinions favorables pour sa maitrise de la situation financière du pays à cette période où tout ou presque fonctionne au ralenti. Les enquêtés se disent séduits par la rapidité avec laquelle les grands chantiers relatifs au programme d’urgence de 100 premiers jours  du Président de  la République sont financés.

Octave MUKENDI

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom