Dr Momat: son oral au 9ème Congrès des gynécologues

0

Pendant deux jours, le cadre du parti ECT et vice-ministre du Budget Félix Momat a troqué ses habits d’homme politique contre sa blouse de médecin jamais mise au placard. A la faveur du 9ème Congrès des gynécologues, ce professeur a fait un brillant exposé axé sur «l’accouchement sur utérus cicatriciel en milieu peu nanti».

Le 9ème Congrès de la Société congolaise de gynécologie et d’obstétrique -SCOGO-, organisé sous le haut patronage du chef du gouvernement et Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, s’est tenu du mercredi 27 au vendredi 29 novembre au salon Congo du Pullman Grand hôtel de Kinshasa. Participant à ce rendez-vous scientifique, le cadre du parti politique ECT et vice-ministre du Budget, Félix Momat, gynécologue de son état, a fait, le deuxième jour du congrès, un brillant exposé basé sur l’accouchement sur utérus cicatriciel en milieu peu nanti. Son exposé, a-t-il fait savoir, est tiré de la troisième partie de sa thèse soutenue avec mention «plus grande distinction» en juillet 2017, qui avait pour sujet: «Accouchement sur utérus cicatriciel dans trois régions de la République démocratique du Congo -sud, ouest et centre: Étude des déterminants de l’issue fœto-maternelle et de l’épreuve utérine». Première du genre en RD-Congo en particulier et en Afrique en général, cette étude a permis à Félix Momat d’identifier quatre déterminants de l’issue fœto-maternelle lorsque l’accouchement par voie basse est indiquée sur utérus cicatriciel, à savoir: l’âge maternel, la hauteur utérine, la présentation du fœtus et la rupture des membranes à l’admission. «De ces quatre déterminants, un score a été défini appelé ‘Score de paum’, permettant de choisir objectivement la voie d’accouchement quand une gestante porteuse d’un utérus cicatriciel se présente à la maternité en milieu peu nanti», a expliqué le Professeur Félix Momat, qui a lancé ces assises dont le thème principal est: «La qualité de la prise en charge en Gynécologie et Obstétrique». Il a souligné que cette étude a le plus grand mérite de banaliser les accouchements sur utérus. «Elle a également le grand mérite de rassurer toutes les femmes antérieurement césarisées lorsqu’elles sont porteuses d’une nouvelle grossesse», a-t-il rassuré. Ce gynécologue a mené cette recherche dans quatre différents sites en RD-Congo, à savoir: les  Cliniques universitaires de Lubumbashi, l’Hôpital Sendwe de Lubumbashi, l’Hôpital de l’Amitié sino-congolais de Kinshasa et l’Hôpital général de référence de Bipemba de Mbuji Mayi. Cela dans le but d’apporter une contribution à la prévention du risque de morbi-mortalité maternelle en cas de parturition sur utérus cicatriciels dans un environnement obstétrical à ressource limitée. Félix Momat a, durant la même journée, modéré le panel portant sur le thème: «Morbi-mortalité maternelle». Occasion pour lui de démontrer à cet aréopage des scientifiques ses talents de professeur et gynécologue – obstétricien. Au cours de l’activité, la SCOGO a été reconnaissante au Professeur Félix Momat. Elle l’a encouragé pour sa participation et son implication à l’avancement de sa structure. Pour sa part, le vice-ministre du Budget, plus que ému par cette reconnaissance de ses mérites par ses paires, a, au-delà de ce qu’il a fait, promis son implication personnelle pour l’obtention de la personnalité juridique de la SCOGO. «Le Premier ministre Sylvestre Ilunga compte soutenir les activités de la SCOGO en vue de sauver davantage des vies des femmes, mères et enfants», a-t-il souligné. Le 8ème congrès s’était tenu en 2017 à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu. L’objectif de cette activité scientifique est d’améliorer la qualité de la prise en charge en gynécologie et obstétrique.

Christian BUTSILA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom