Assemblée nationale: une plénière de tous les enjeux ce mercredi

0

La plénière convoquée ce mercredi 17 avril 2019 est à haut risque parce que la tension est encore vive dans le chef des députés de la Majorité comme de ceux de l’Opposition. La poussée d’adrénaline qui a régné à la séance plénière du lundi dernier risque de s’inviter aux travaux de ce jour. En fait, la validation des mandats et la répartition des postes au perchoir qui divisaient les deux camps ont trouvé le bout du tunnel à la conférence des présidents tenue mardi 16 avril 2019. Après la vive tension qui a empoisonné les travaux de la plénière du lundi dernier, le président du bureau provisoire de l’Assemblée nationale a convoqué, mardi 16 avril 2019, une conférence des présidents. C’était juste pour aplanir les divergences au sujet du processus électoral, de la mise en place du bureau définitif et de la validation des pouvoirs des députés nouvellement élus à Béni, Butembo et Yumbi. Même si aucun compte-rendu n’a été produit à l’issue de la réunion, il apparait clairement que les parties se soient accordées sur les points de désaccord de la dernière plénière. En témoigne d’ailleurs l’ordre du jour du communiqué du bureau provisoire convoquant la plénière de ce mercredi.

Les députés sont invités à plancher sur la validation des  pouvoirs de leurs collègues nouvellement élus et l’élaboration du calendrier électoral du bureau définitif de l’Assemblée nationale. Etant donné l’adoption de l’ordre du jour par la conférence des présidents, l’on ose croire que l’Hémicycle ne va pas vivre de nouvelles bousculades entre les élus comme cela a été le cas lundi dernier.

En fait, les élus de la Majorité privilégient la mise en place du bureau définitif par rapport à la validation des mandats des députés de Béni ville, Béni territoire, de Butembo et de Yumbi. Dans leur entendement, ce travail sera accompli par le bureau définitif qui, une fois installé, va ouvrir la voie à la mise en place du nouveau gouvernement. La Majorité campe sur cette position pour conserver les six sièges au bureau. L’Opposition, de son côté, voit le contraire surtout qu’elle compte sur la validation de leurs nouveaux collègues qui ramènent leur camp à 113 députés. De plus, une fois validés, ils vont permettre à l’Opposition d’avoir deux sièges au perchoir. La séance plénière de ce mercredi 17 avril semble être riche en couleur au regard des enjeux qu’elle présente.

Dorian KISIMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom