A Beni, Félix appelle les forces négatives à déposer les armes

0

Poursuivant sa visite à l’Est du pays, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, s’est rendu dans la ville de Beni où il a tenu un meeting populaire devant la Mairie de cette ville.

Ici, le Chef de l’Etat a appelé les groupes armés à déposer les armes pour mettre fin à l’insécurité. Il s’agit là d’un appel patriotique lancé aux groupes rebelles qui écument cette vaste contrée en y créant l’insécurité en permanence. Droit dans ses bottes, le magistrat suprême précise que si ces groupes refusent sa main tendue, ils s’exposeraient à la rigueur de la loi car les forces de défense nationale vont les traquer jusqu’à leur dernier retranchement.

Voici un message à ne pas négliger car lors de sa campagne électorale, Félix Tshisekedi avait promis de mettre fin à l’insécurité qui sévit à l’Est du pays et de s’y installer pour suivre la situation de près. Aujourd’hui élu, le Chef de l’Etat passe à l’acte. Avant de rejoindre Beni, le Président de la République a présidé une réunion de comité provincial de sécurité lundi 15 avril à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu. Au cours de cette séance de travail, le constat s’est dégagé sur le regain de criminalité depuis le début de l’année 2019 dans la ville de Goma en particulier et la province du Nord-Kivu en général. «Des personnes armées entrent dans la ville de Goma et tuent froidement les paisibles citoyens. Elles se retirent sans être inquiétées par la police ni l’armée», a fustigé le Conseil dans un communiqué lu par le ministre de l’Intérieur et Sécurité. D’où l’interpellation par le Président de la République des responsables provinciaux afin que la sécurité soit assurée et la criminalité éradiquée et permettre ainsi à la population de vivre paisiblement. Aussi les causes de cette insécurité sont liées à présence des réfugiés Hutu rwandais implantés en RD-Congo depuis le génocide rwandais de 1994. Pour mettre fin à l’insécurité grandissante, le Chef de l’Etat a appelé les services compétents à décourager les activités économiques menées par les groupes armés. Concernant la fraude minière, le Président FATSHI en a pris bonne note et promis de prendre des mesures idoines au niveau central. 

Commandement de la 3ème  région militaire

Selon le rapport des autorités militaires, les groupes armés locaux et étrangers qui opèrent dans l’est de la RD-Congo, sont liés à leurs communautés respectives. C’est ainsi que Félix Tshisekedi a instruit le gouverneur du Nord-Kivu de sensibiliser les différentes communautés tout en décourageant les jeunes à adhérer aux mouvements de ces groupes armés.

Ce n’est pas tout. Quant aux acteurs politiques qui entretiennent ces groupes, une disposition a été prise au niveau national visant l’interpellation de toute personne qui se compromettrait dans cette salle besogne quel que soit son statut.

Pour résoudre les problèmes auxquels les services de sécurité font face, le Président de la République a promis de mettre à leur disposition des moyens humains, matériels et financiers conséquents. Il a également décidé le relèvement des troupes qui ont fait longtemps dans cette zone militaire. 

Concernant la police assurant la sécurité des personnes et de leurs biens à l’est du pays, la décision a été prise de procéder à la mise à la retraite des policiers qui remplissent les conditions d’éligibilité et au recrutement des jeunes appelés à prendre la relève. 

Octave MUKENDI

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom