Les pygmées réclament des postes ministériels

0

Représentant légal de la Mission évangélique auprès des Pygmées d’Afrique -MEPA- à l’Eglise du Christ au Congo -ECC, le pasteur Jean Mpia Bikopo est également président de l’ONG Centre international de défense des droits des Batwa -CIDB. Dans une interview accordée à AfricaNews, il a annoncé la présence de Batwa au deuil d’Etienne Tshisekedi. Ce leader de l’UDPS qui, selon lui, a poussé feu président Mobutu à prendre un décret sur la gratuité de l’enseignement en faveur des pygmées et à intégrer 750 pygmées dans l’armée nationale. L’homme de Dieu promet le soutien des siens au Président Félix Tshisekedi à qui il demande d’instruire le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba de penser aux pygmées dans son gouvernement. Il réclame deux postes ministériels afin de sceller l’intégration des Batwa. Car à l’entendre parler, aucun pygmée nommé n’a siégé au gouvernement. «Depuis 1960, il y a 55% des Bantous, 35% des nilotiques, 10% des soudanais et 0% des pygmées qui siègent au sein des institutions», a-t-il fustigé. Il a encore  estimé qu’avec l’avènement de Félix Tshisekedi au pouvoir, les droits de pygmées seront pris en compte. Entretien réalisé 28 heures avant le rapatriement de la dépouille d’Etienne Tshisekedi.

Le 30 juin prochain, la RD-Congo va célébrer ses 59 ans d’accession à la souveraineté nationale et internationale. Que vous inspire cette commémoration?

Je constate que depuis 1960, le pays est géré sur base d’apartheid renforcé vis-à-vis des peuples autochtones. Pour preuve, les différents gouvernements qui se sont succédés sont composés des 55% des bantous, 35% des Nilitiques, 10% des Soudanais et 0% des des Pygmées dans un pays qui se dit démocratique. Les gents ont institutionnalisé la discrimination, donc l’esclavagisme moderne sur le plan politique. Sur le plan social, la RD-Congo est un pays très riche en potentialités à travers le monde, mais son peuple est le plus pauvre. Quel contraste quand on sait que les dirigeants RD-congolais sont les plus riches. Cela prouve à suffisance que le pays est mal géré.  Sur le plan économique, le pays, jusqu’à ce jour, n’a pas un plan de développement. Je pense que, comme le Président Tshisekedi a dit qu’il va restaurer les droits, ensemble nous allons également restaurer les droits politiques  et  socio-économiques. Dans cette perspective, nous allons soutenir le Président de la République pour élaborer un plan de développement de la RD-Congo suivi d’un plan de mise en œuvre. Je le dis sans peur d’être contredit que tous les projets  réalisés avant en RD-Congo n’ont jamais eu un plan de suivi. Je cite le cas de Cinq chantiers de la République. Allez-y dans les bibliothèques, je vous assure que vous n’y trouverez que le plan de cinq chantiers. Avec l’avènement de Tshisekedi, nous ne voulons pas arriver à ces mêmes erreurs du passé. En tant que spécialiste en planification, mise en œuvre, suivi et élaboration des projets, je vais l’accompagner pour que l’expertise compétitive des pygmées qui est étouffée depuis des années puisse l’aider à réajuster les choses.

Avant de commémorer ce 59ème anniversaire avec un nouveau Président élu à la tête du pays, le corps de l’ancien Premier ministre, sera rapatrié au pays après deux ans depuis qu’il est décédé à Bruxelles. Comment réagissez-vous à cet événement?

Les choses sont claires. Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a été bien préparé puisque nous avons appris avec lui dans une même école qui est l’UDPS. Que son âme repose en paix! Félix Tshisekedi a eu la passation du pouvoir auprès de son père depuis son élection en 2011 comme député national. Tout ce que nous sommes en train de vivre aujourd’hui, est une suite de passation de pouvoir sur le plan coutumier. C’est pourquoi notre, papa est décédé. Voilà que pour rapatrier sa dépouille mortelle, il fallait attendre l’arrivée de son fils au pouvoir. C’est le moment bien indiqué pour que les RD-congolais puissent pleurer leur père de la démocratie et surtout nous les pygmées. Sachez-le, quand Mobutu disait: «Bana Zaïre tata bo moko, maman bo moko, pona nini? Po na ekolo», c’est papa Etienne Tshisekedi wa Mulumba qui a pris le courage de dire à Mobutu: «Mobutu, tu as toujours parlé de l’unité, où sont les pygmées dans les institutions du pays?». A partir de ce moment, Mobutu, avec tout le courage qu’il avait, comme il ne voulait pas l’échec, a incorporé 750 pygmées  dans l’armée. C’est le produit de Tshisekedi le père jusqu’à la création de la Division Kamanyola. Donc, les pygmées pleurent leur papa. Nous serons aux obsèques avec notre banderole et bouquet de fleurs. Si je parlais aujourd’hui en français, c’est Tshisekedi qui avait poussé Mobutu à prendre un décret pour la gratuite de l’enseignement des enfants pygmées. La célébration de l’indépendance et le rapatriement de son corps coïncident dans le cadre d’éveiller la conscience pour la restauration des droits en RD-Congo afin que nous ne puissions plus vivre comme les RD-Congolais déphasés, mais comme un peuple organisé qui se respecte et qui respecte l’autre.

Qu’est-ce que le peuple autochtone attend de l’avènement de Félix Tshisekedi au pouvoir?

Le Président Tshisekedi a bien dit dans son discours d’investiture qu’il va restaurer les droits de tout le monde, y compris ceux des pygmées. Nous lui demandons d’instruire son Premier ministre, Sylvestre Ilunga, de pouvoir sélectionner les experts pygmées qui ont été exclus par d’autres gouvernements. Nous dénonçons le fait que depuis le Premier ministre Patrice Emery Lumumba, 59 ans jour pour jour jusqu’à Bruno Tshibala, aucun pygmée n’a accédé au poste de commande. Maintenant, nous allons mettre de l’ordre en matière de gestion de la chose publique aux côtés du président Tshiskedi. Notre souhait est qu’il puisse donner deux ministères aux pygmées pour inaugurer l’intégration. 

Vous fustigez la discrimination pendant que vous êtes vous-même Président de l’Eglise mission évangélique auprès des autochtones -MEPA?

En RD-Congo, la Mission évangélique auprès des pygmées d’Afrique -MIPA- est une structure reconnue par l’Eglise du Christ au Congo -ECC. Nous sommes organisés. Nulle part au Congo vous verrez un prêtre catholique pygmée. La discrimination est observée même au sein de l’Eglise.

N’est-ce pas que vous représentez valablement les Pygmées à travers cette mission évangélique et que vous n’avez pas à vous plaindre?

Aujourd’hui la politique sortante avait fabriqué des pygmées. Je l’avais même dénoncé au cours d’une émission à la Télé 50, disant que le cas de la province du Tanganyika l’atteste. C’est Mê Kilolo et moi-même qui avions préparé les termes de référence. Quand les gens sont partis en conférence, on a pris des personnes qui ne sont des pygmées. Nous avions proposé qu’on puisse produire un plan stratégique national de cohabitation et proposé au Chef de l’Etat de prendre un décret pour protéger les droits des peuples autochtone. Et avons demandé que les deux peuples -bantous et pygmées- puissent se réconcilier. Malheureusement, je n’étais pas associé à ce forum. Curieusement ceux qui ont apposé leurs signatures sur le document de non agression ont tout simplement demandé aux pygmées de rentrer en forêt. Si votre enfant étudiait, il devrait rentrer en forêt au nom de l’accord. C’est pourquoi, nous demandons au Président Félix Tshisekedi de nous aider à obtenir nos propres interlocuteurs au sein des institutions de la République et particulièrement dans le gouvernement. Il y a eu un forum au Tanganyika, mais la situation de conflit ethnique persiste. C’est un problème politique et les pygmées sont tués tous les jours. Aucune enquête n’est diligentée et aucune poursuite judiciaire n’est engagée contre les présumés auteurs de ces tueries de Tanganyika.

Selon vous, qu’est-ce qui empêcherait les pygmées de siéger au sein des institutions de la République?

Premièrement, tous les partis politiques. Je dois vous avouer que chaque parti politique a des adhérents pygmées en son sein. Mais aucun d’entre eux n’a donné des moyens aux pygmées pour aller battre campagne. J’ai géré les dossiers de 65 candidats députés au niveau national et provincial et aucun pygmée n’a eu le financement. Le problème d’exclusion des pygmées est politique et la seule personne qui pourrait changer cette situation, c’est le président Tshisekedi. Les pygmées soutiennent son programme de développement de la RD-Congo.

Comment avez-vous évalué les 100 premiers jours du quinquennat de Félix Tshisekedi?

En tant qu’expert en matière de planification, les 100 jours ont été utilisés comme le lancement du quinquennat. Je me suis rendu à Nkamba, dans la province du Kongo Central, j’ai trouvé que la cité est électrifiée pourtant j’y ai été quelques années avant l’avènement de Félix Tshisekedi au pouvoir, il n’y avait pas d’énergie électrique. Pour atteindre les 5 ans, il y aura beaucoup de réalisations dans d’autres domaines de la vie nationale. Les 100 jours ont marqué le bon départ du programme de gouvernance du Chef de l’Etat. 

Quelle a été votre réaction quand vous avez appris la nomination de Sylvestre Ilunga Ilunkamba au poste du Premier ministre?

J’ai lu son CV. C’est quelqu’un qui a travaillé plusieurs années dans les ministères et les entreprises publiques. Il a la matière et connait les faiblaisses et les forces de la RD-Congo. Nous le soutenons et nous sommes disposés à lui donner de bonnes propositions pour traduire en œuvre la politique du Président de la République. Seulement nous lui demandons de respecter ses premiers mots: «je vais travailler dans un gouvernement de coalition politique». Qu’il respecte la représentativité. Je lui demande d’accorder l’importance au social des RD-congolais et de garantir les droits de toutes les couches, bantous pygmées, soudanais et nilotiques. Qu’il fasse confiance aux pygmées. Nous avons aidé beaucoup des pays africains à mettre en place la politique d’intégration notamment le Congo Brazza, le Burundi, le Rwanda, la RCA et le Cameroun. Jusqu’ici il n’y a qu’un groupe des gens, au pouvoir, qui bénéficient des richesses de la RD-Congo pendant que la grande majorité broie du noir. Les choses doivent changer avec le nouveau régime.

Quel message adressez-vous à tout le peuple RD-congolais dans sa diversité culturelle, ethnique et politique?

Je demande à tout le peuple de soutenir le programme de gouvernance du Président Tshisekedi car la Bible dit: «Toute autorité vient de Dieu». Tout ce qu’on peut dire ou raconter, nous devons savoir que si Dieu n’avait pas signé dans son carnet de bord, Félix Tshisekedi ne serait pas Président de la RD-Congo. Je dis aussi à mes frères et sœurs pygmées que Félix est notre frère parce qu’à Kabeya Kamwanga, ce sont de bantous qui protègent les pygmées contrairement dans les provinces de l’Equateur, du Tanganyika, à Walikale etc. où nous sommes marginalisés. Il y a des territoires modèles en matière d’intégration notamment Kabeya Kamwanga, Mwambasa, Irumu, Banalia, Bikoro et Idjwi. Et enfin, je remercie votre journal d’avoir pensé à obtenir un son de cloche des pygmées sur la gestion de notre pays et le deuil d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba, notre papa.

Propos recueillis par Octave MUKENDI  

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom