Des scientifiques réunis à l’Université Mapon parlent de la haute technologie comme outil du progrès

0

Kindu, chef-lieu de la province du Maniema, est la ville d’où sont parties les grandes réflexions autour des innovations technologiques de cette année 2019 finissant. En témoigne la Conférence annuelle sur la haute technologie organisée par la Fondation Mapon et l’Université qui porte le même nom du 13 au 14 novembre 2019 dans cette ville sur le thème «La haute technologie en RD-Congo comme outil du progrès». Des échanges qui ont réuni plusieurs professeurs, chercheurs et autres personnalités scientifiques venus de tous les coins du monde. L’Université Mapon qui se spécialise dans la haute technologie, se fixe l’ambition d’être le cœur de la Hi-tech en RD-Congo. A travers les débats de haut niveau organisés pendant deux jours, le rêve d’Augustin Matata Ponyo, promoteur de cette Université commence à se concrétiser. L’ancien Premier ministre entend démontrer de manière claire que cette spécialité, c’est-à-dire la haute technologie reste incontournable dans le développement d’un Etat comme la RD-Congo. Ainsi, cette conférence annuelle, la première du genre, vient baliser la voie pour une grande révolution technologique en RD-Congo. Son but ultime est de promouvoir la recherche scientifique et de relancer les débats sur les questions de recherche fondamentale et appliquée dans ce milieu de haut savoir. Les invités conférenciers notamment les professeurs, les chercheurs et les praticiens dans le domaine des sciences et de la technologie sont venus de la RD-Congo, du Canada, de la Belgique et des USA.

A l’ouverture de ces assises, deux discours ont été prononcés avant que le gouverneur de province n’ouvre officiellement les travaux scientifiques. De son côté, le recteur de l’université Mapon a présenté la carte de son institution. Les potentialités, les provinces de provenance des étudiants, le nombre des filières organisées et autres activités. Pourquoi la haute technologie? A cette question, le coordonnateur de la Fondation Mapon a donné des réponses précises. Riche en ressources minières, a estimé Mickaël Ange, la RD-Congo est paradoxalement l’un des pays caractérisé par une utilisation très faible de nouvelles technologies à cause notamment de la dépendance excessives aux minerais, l’instabilité politique, l’insuffisance en leadership fort et de qualité et de l’absence d’une vision claire en termes de gouvernance. Aujourd’hui, a-t-il poursuivi, toutes les institutions tant privées que publique s’accordent du fait que l’émergence de nouvelles technologies transforme l’environnement dans lequel les agents économiques évoluent. En fait, la transformation numérique est devenue un enjeu majeur et stratégique pour toutes les économies et entreprises. Pour les Petites et moyennes entreprises, les défis clefs de cette transformation restent notamment la forte orientation vers les clients et la capacité accrue à innover. C’est sur une telle évolution du numérique que les débats scientifiques ont été relancés. Quel le rôle des nouvelles technologies dans la transformation de la société? Quels en sont les avantages et les inconvénients? Quel est l’état de la recherche technologique en RD-Congo? Quel est le modèle des technologies adapté pour son progrès? Voilà au tant des questions qui ont guidé les réponses à lors de différents exposés développés par d’éminents professeurs venus de diverses universités du monde. Il convient de souligner que la Fondation Mapon a développé plusieurs projets d’ordres sociaux pour aider au développement de la communauté rurale de Lumbu-Lumbu. S

Dorian KISIMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom