Le ministère de la Santé veut mettre fin à l’expatriation des officiels malades

0

Aussitôt nommé à la tête du ministère de la Santé publique, André Eteni Longodo se lance le défi de mettre fin à l’expatriation des patients et d’améliorer des soins à administrer aux malades dans des hôpitaux. Ce vœu, le désormais chef de la santé l’a manifesté lors de sa visite à l’Hôpital du Cinquantenaire à Kinshasa, mercredi 11 septembre 2019. «La RD-Congo envisage de stopper les transferts à l’étranger de ses officiels malades. Nous allons travailler pour permettre cet arrêt de transfert des malades à l’étranger pour les soins de santé dans un proche futur. On va arrêter avec les transferts des malades en Inde, en Afrique du Sud, qui nous bouffent beaucoup d’argent au niveau du gouvernement. Notre souci est que tout se fasse ici», a-t-il déclaré. Et de poursuivre: «surtout que la problématique de la prise en charge sanitaire correcte en RD-Congo retient l’attention du Président de la République, le gouvernement va appuyer l’Hôpital du Cinquantenaire pour qu’il soit en mesure de faire toutes les interventions ici dans le pays. Cela, dans le but de permettre au pays d’économiser de l’argent». A l’en croire, cet hôpital possède des matériels de marque comme c’est le cas ailleurs. Si on y travail avec détermination, la RD-Congo pourrait être parmi les pays ayant des hôpitaux capables de recevoir également des patients venant de l’extérieur de la RD-Congo. «C’est juste question d’y accorder une attention vraiment soutenue parce que les équipements et la technologie que j’ai vus ici sont les mêmes appareils que les hôpitaux d’ailleurs utilisent pour la prise en charge sanitaire de tous les cas possibles. Nous n’avons sérieusement rien à envier, par exemple, aux Etats-Unis, en Angleterre ou partout ailleurs. Ce qui nous manque pour le moment, c’est peut-être le personnel formé spécialement pour manier ces différents appareils que nous avons. Mais, en attendant, les expatriés forment déjà le personnel RD-congolais», a-t-il conclu.

Parousia MAKANZU

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom