Dr Muyembe dévoile son plan contre Ebola ce vendredi

0

Ce vendredi 02 août, les yeux des RD-Congolais sont tous braqué sur la ville volcanique de Goma où le Docteur Jean-Jacques Muyembe Tamfum, épidémiologue responsable de la nouvelle équipe de riposte contre la maladie à virus d’Ebola -MVE- présentera son Plan de riposte contre la maladie. Il est dénommé le Plan Muyembe. Selon les spécialistes en santé, il s’agira de la version recadrée du SRP4, le plan stratégique de riposte. Ce plan de travail de 90 jours a pour particularité le fait qu’il prendra en compte le caractère multisectoriel de la riposte contre ce virus qui déjà fait plus de 1800 morts.

Sa rédaction a mobilisé les têtes pensantes en la matière. On apprend que le Dr Muyembe a eu à réunir, à son quartier général de l’hôtel Karibu de Goma, tous les partenaires traditionnels, des experts du ministère de la Santé, des agences du système des Nations unies et, pour la première fois, les représentants locaux de la Société civile ainsi que les ministres provinciaux de Santé des provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu ainsi que de l’Ituri.

Au vu de la persistance de la maladie, les équipes de riposte sont actives sur terrain où elles ont confirmé la présence du 3ème cas d’Ebola, à savoir: l’une des filles de l’orpailleur décédé. Par prévention, toute la famille de la victime a été mise en quarantaine. Les équipes soignantes du Centre de traitement d’Ebola de Goma -CTE Goma- n’exclut pas que d’autres cas soient déclarées au sein de cette famille.  Pendant ce temps, en vue de rompre la chaîne de contamination, la vaccination est administrée aux contacts du Centre médical Avoyi où le deuxième cas avait été décelé.

Fermeture et réouverture immédiate de la frontière Goma-Gisenyi

Les habitants de la ville le Goma ont été surpris de constater jeudi matin qu’à la barrière de Gisenyi, la ville voisine de Goma, les mouvements de personnes a été linéaire. Sur décision unilatérale des autorités rwandaises, les citoyens rwandais ont été interdits d’aller à Goma, tandis que les RD-Congolais, eux, pouvaient sortir de Gisenyi mais pas entrer. Une décision qui a préjudicié pendant la journée plusieurs RD-congolais et expatriés vivant à Gisenyi mais travaillent à Goma. Les autorités RD-congolaises ont vite dénoncé cette mesure qui va à l’encontre de la recommandation de l’OMS. Aussi, les équipes de riposte n’ont pas cessé de rassurer que la ville de Goma est hors danger après la découverte d’un deuxième cas d’Ebola venu de l’Ituri et n’ayant aucun lien avec le 1er cas de décès venu de Butembo. En début d’après-midi du même jeudi 1er août, le trafic a repris entre Goma et Gisenyi. La frontière qui était fermée sans explication par les autorités rwandaises a été rouverte et les populations autoriser à circuler dans tous les sens. La frontière de Gisenyi facilite le commerce transfrontalier entre les deux villes. La population rwandaise de Gisenyi a senti le contrecoup de la fermeture de la frontière terrestre de la grande barrière. Le temps d’une demie journée, les rwandais n’ont pas pu écouler sur le marché de Goma, en RD-Congo, leurs marchandises prouvant en même temps que c’est la RD-Congo qui nourrit le Rwanda. Les 4 cas avérés d’Ebola étant circonscrits dans une même famille du reste en quarantaine au CTE, la situation est sous contrôle dans la ville de Goma. Toutefois, les mesures de sécurité sanitaire sont renforcées.Octave MUKENDI

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom