Tueries de Kakenge: Boshab fait parler les faits

0
10

Des frères se sont entretués le 30 janvier dernier dans la paisible commune de Kakenge, chefferie de Bakuba, territoire de Mweka, province du Kasaï. On y a déploré neuf morts. A Kinshasa, une certaine élite s’est empressée de pointer le doigt accusateur en direction de l’honorable Evariste Boshab, du sénateur Mbweshi… et du député provincial Nsanga, accusant le premier d’avoir caporalisé toutes les entités territoriales décentralisées en y plaçant ses lieutenants dont l’administrateur récemment nommé par ordonnance présidentielle avec une mission spécifique de répression.

A la faveur d’une conférence de presse mardi 6 février à Kinshasa, Boshab est sorti de sa réserve et a tordu le cou à ces contrevérités. Dans une salle pleine à craquer, entouré des dizaines d’élus et figures de Mweka, Boshab a démontré qu’il n’est pas du tout lié à ces violences mortelles. Faisant plutôt parler les faits, le député réélu de Mweka dont il est le leader incontesté et incontestable, a indiqué que les morts déplorés découlent d’un conflit terrien et d’un litige coutumier concernant le chef Kalamba, sa milice et le chef Shako, tous deux aux arrêts et mis à la disposition de la justice à Kananga. Au lieu de se lancer dans la désinformation et les accusations gratuites, Boshab a demandé à tous d’attendre avec sérénité le verdict de la justice.   Faisant valoir ses liens cordiaux avec sa base et tous ses frères, Boshab a regretté,larmes aux yeux,que des méchantes langues associent à ces troubles son nom comme ceux de la députée Isabelle Mbulu, du député Nsanga ou du sénateur Mbweshi, abusivement présenté comme l’une des personnalités qu’il aurait promues mais investi chef traditionnel pendant que le prétendu mentor était encore à l’école primaire, rappelant plutôt la convivialité qui a toujours caractérisé la vie entre différentes communautés à Kakenge et appelant ces dernières à la paix.

YA KAKESA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom