Sud-Kivu: Nyamugabo lance l’Opération «Protégeons-nous»

0
16

Que prépare-t-on dans certaines officines? Qu’est-ce qui peut expliquer cette flambée de violence à laquelle on assiste, depuis un certain temps, dans l’Est du pays où vols à mains armées, tueries, incendies des villages, assassinats ciblés, enlèvements font désormais partie du quotidien?

A Beni, Goma, Bukavu, Bunia, Eringeti, Djugu, la peur s’installe et les malfaiteurs courent toujours.En réaction à ce climat d’insécurité qui ne cesse de prendre de l’ampleur, la population de Bukavu est descendue spontanément dans la rue pour faire entendre sa voix. Cette marche intervient après la mort de deux cambistes tués par des bandits armés. Ces bandits qui courent toujours, ont emporté d’importantes sommes d’argent. Outre ce vol spectaculaire, des cas d’assassinats nocturnes sont aussi enregistrés. Les enquêtes diligentées n’ont jusqu’ici données aucun résultat. Face à cette insécurité grandissante et en réponse à la marche spontanée de ses administrés, le gouverneur de la province du Sud-Kivu, Claude Nyamugabo, vient de lancer l’Opération «Protégeons-nous».A traverscetteopération, le gouv’ Nyamugabo invite la population du Sud-Kivu en général et celle de Bukavu en particulier à la vigilance pour dénoncer auprès des forces de Police et de sécurité tout mouvement suspect d’individu ou groupe d’individus. Ce, afin de mettre hors d’état de nuire les personnes qui sèment la peur dans la ville. Pour encourager la participation de la population à cette campagne citoyenne, des primes, dont la hauteur n’a pas été révélée,ont été promises à toute personne qui permettrait l’arrestation ou le démantèlement de cette bande de malfaiteurs qui ne cesse de faire parler d’elle depuis un certain temps. Les policiers n’ont pas été oubliés par les autorités provinciales. Ceux qui se distingueront par leur bravoure dans la traque de ces inciviques et leur neutralisation seront aussi récompensés.

En attendant l’arrestation de cette bande de malfaiteurs, Bukavu vitdésormais dans la peur. Les questions se télescopent sur la nature réelle des actions de cette bande. Est-elle une bande de simples malfaiteurs ou autre chose? Les assassinats planifiés relèvent-ils d’un plan bien préparé en prélude à une déstabilisation? Autant de questions qui, pour l’instant, demeurent sans réponse. Pour répondre au vœu exprimé par la population de Bukavu, les services de renseignements de l’armée, de la Police et de l’ANR/Sud-Kivu sont sur la brèche pour relever ce défi sécuritaire.

Philippe MBAYI

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom