Nangaa s’entretient avec les cadres du PPRD et les femmes leaders politiques

0
7

La Commission électorale nationale indépendante poursuit des échanges avec les différentes parties prenantes au processus électoral. Ce mardi 06 mars 2018, dans la matinée, au siège de la Centrale électorale, son président, Corneille Nangaa Yobeluo, entouré de tous les membres de l’Assemblée plénière, a accueilli les femmes leaders des partis politiques issues de tous les courants idéologiques. Puis, c’était le tour de recevoir une forte délégation du PPRD, conduite par son secrétaire permanent, Emmanuel Ramazani Shadary. Ces échanges ont porté essentiellement sur les activités électorales déjà accomplies par la CENI; les activités en cours; celles en instance d’attente; les défis liés au processus ainsi que les préoccupations spécifiques.

Après avoir obtenu des explications sur différents points se rapportant au processus électoral de part du président de la CENI, les femmes leaders ont interagi avec la CENI. Toutes les préoccupations qui se présentent comme obstacles à l’émergence politique de la femme RD-congolaise ont été partagées. Les questions liées à la problématique de la présence et à la rotation des témoins dans les bureaux de vote et de dépouillement -BVD-, le respect par la CENI des délais du calendrier électoral, le seuil de représentativité, le réajustement du cautionnement électoral au dépôt des candidatures, le renforcement de la campagne nationale de sensibilisation électorale sur l’ensemble du territoire national, l’accompagnement ou le ‘’coaching’’ de la femme, le dédoublement des partis politiques ont été évoquées. Les femmes leaders des partis politiques ont achevé leur visite par la salle du Centre national de traitement de la CENI où s’effectuent les travaux de nettoyage du fichier électoral de manière à y extraire toutes les inscriptions multiples et irrégulières. Elles ont également visité les locaux qui abritent les serveurs AFIS/ABIS de la CENI qui servent justement au traitement qualitatif des données du fichier électoral.

Les cadres du PPRD

Selon le président de la CENI, la République démocratique du Congo vient de passer la phase la plus importante du processus électoral, celle relative à l’identification et à l’enrôlement des électeurs sur toute l’étendue du territoire national. «Cette phase a permis de dégager les statistiques brutes de 46.057.894 électeurs. Le processus électoral est à présent entré dans la phase plus politique qui passe par l’adoption des différents textes légaux par le législateur; l’enregistrement des candidatures, la campagne électorale jusqu’aux prochains scrutins combinés présidentiel, législatifs national et provincial», a-t-il fait savoir à la délégation du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie -PPRD- conduite par son Secrétaire permanent Emmanuel Ramazani Shadary.

Emboîtant les pas aux autres partis et regroupements, le PPRD a répondu à l’invitation de la CENI pour une mise au point relative à l’état des lieux des activités déjà réalisées, celles en cours de réalisation; celles à réaliser ainsi que les défis à relever pour la réussite du processus électoral tel que programmé par le calendrier électoral publié depuis le 5 novembre 2017.

Corneille Nanga a saisi cette opportunité pour informer ses interlocuteurs sur la publication de la cartographie ainsi que de l’atlas électoral de la RD-Congo. Deux outils indispensables de la transparence électorale qui pourraient servir à la stratégie de déploiement des témoins et observateurs des partis et regroupements politiques. Il a ont été mis en avant l’acquisition du logiciel de dédoublonnage AFIS/ABIS, l’état d’avancement des opérations de traitement qualitatif du fichier électoral, l’évolution du programme national d’éducation électorale et la sensibilisation des électeurs, la publication imminente des mesures d’application de la loi électorale. A en croire Nangaa, les challenges pour les partis et les regroupements politiques sont l’éducation civique et électorale de leurs militants; la formation des témoins et observateurs; la préparation et le dépôt dans les délais des candidatures et, enfin, l’organisation d’une campagne électorale dans un contexte apaisé.

Dans cette perspective, le parti présidentiel, le PPRD, a été invité à s’impliquer dans l’adoption au cours de la prochaine session parlementaire de la loi sur la répartition des sièges. Le plaidoyer en vue de l’installation rapide des Cours et Tribunaux pour le traitement des contentieux des candidatures et des résultats a également fait l’objet des attentes de la CENI. Ce cadre de concertation a permis à la délégation d’expérimenter la machine à voter et, ensuite, visiter les salles du Centre national de traitement de la CENI et celle du serveur de traitement qualitatif des données du fichier des électeurs.

Le chef de la délégation du PPRD, Ramazani Shadary, surnommé coup sur coup, a questionné la CENI sur le cahier de charges des experts indépendants qui devraient participer à la certification de la machine à voter. L’accélération du programme national d’éducation électorale et la sensibilisation des électeurs a été recommandée. Devant la machine à voter, le PPRD a eu des réponses sur la durée de dépouillement du bulletin manuel; la rapidité du vote; le nombre des machines pour chaque bureau de vote; l’accompagnement des personnes de troisième âge et surtout la vulgarisation à grande échelle de cette machine notamment dans l’arrière-pays.

Octave MUKENDI

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom