Minaku responsabilise les parlementaires de la CIRGL

0
7

La première session extraordinaire de l’Assemblée plénière du Forum des Parlements des pays membres de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs -FP-CIRGL- s’est tenue à Kinshasa du 19 au 20 mars. Il s’est agi de considérer le rapport su Secrétaire général sortant, auditionner et approuver la proposition du Comité exécutif touchant la nomination d’un nouveau SG, et enfin, débattre sur l’évolution récente de la situation politique et humanitaire dans la région des Grands Lacs. A cette occasion, le speaker de l’Assemblée nationale de la RCA, Abdou Karim Mackassoua, président du Forum a présenté le nouveau SG, le centrafricain Onyango Kakoba. Au cours de ces assises, Aubin Minaku, président de la chambre basse du Parlement RD-congolais, a émis le vœu de voir les parlementaires parvenir à rendre effective et agissante la volonté de tous les pays membres d’œuvrer pour que les pratiques démocratiques soient de mieux en mieux ancrées dans les mœurs de leurs populations respectives.

Les lampions se sont éteints mardi 20 mars, sur la première session extraordinaire de l’Assemblée plénière du Forum des Parlements des pays membres de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs -FP-CIRGL- s’est tenue à Kinshasa du 19 au 20 mars. Dans son discours d’ouvertures des travaux, Aubin Minaku Ndjalandjoko, président de l’Assemblée nationale RD-congolaise, après avoir souhaité la bienvenue à ses hôtes, a fait savoir qu’à l’heure qu’il est, la plupart des Etats de la région sont engagés dans des processus de démocratisation, pour la finalisation desquels le rôle des parlements nationaux ou supranationaux, s’avère partout des plus en plus déterminants et ce, en dépit de la fréquente complexité des faits, voire aussi des spécificités dues à la couleur locale.

«Le vœu de tous est qu’au travers le parlementarisme, l’on parvienne à rendre effective et agissante la volonté de tous et de chacun d’œuvrer pour que les pratiques démocratiques soient de mieux en mieux ancrées dans les mœurs de nos populations respectives. Je suis d’avis, comme plusieurs d’entre vous, que ces pratiques reposent sur les valeurs qu’ont en partage la plupart des nations dites civilisées», a fait savoir Minaku.

Et d’ajouter : «Nous devons donc encourager les Etats de notre espace à emprunter la voie du dialogue permanent, quelles que soient les crises ou les divergences internes. C’est là l’image que renvoient les eaux de nos lacs par opposition à celles d’une rivière qui coulent sans plus jamais remonter à la source».

Minaku a été clair dans ses dires. «Nous sommes ici pour resserrer les liens entre les différents peuples de notre région qui se doivent de ne plus passer aux yeux du monde comme les infortunées victimes d’un foyer de fortes tensions, battant tous les records en termes de circulation illicite d’armes et munitions de guerre».

Selon lui, il n’ ya pas meilleure manière de consolider ces liens que par la création des passerelles mettant aux prises les nations en présence, que ce soit par le commerce, la cohabitation pacifique, les activités ludiques et sportives, les rencontres entre partenaires sociaux de tous bords, y compris au sein de notre conférence.

Puis: «Ce qui importe, c’est que ces liens, au lie d’être des rapports belliqueux, qu’ils puissent se manifester par l’entente mutuelle et l’amitié des peuples, sans hypocrisie aucune. Voilà un bon refrain à convertir en vécu quotidien!»

A l’issue de ces assises, le speaker de l’Assemblée nationale de la République centrafricaine -RCA-, Abdou Karim Mackassoua, a présenté le nouveau Secrétaire général de cette structure parlementaire, Onyango Kakoba. Il a salué le fait que la nomination du SG a trouvé une issue heureuse car un compromis a été trouvé par consensus quant à cette nomination.

«Au nombre des raisons de se réjouir il y a également le lancement d’une dynamique nouvelle. Nous l’avons appelée: Initiative parlementaire pour renforcer la bonne gouvernance et la gestion des conflits violents dans les Etats membres de la CIRGL», a annoncé Karim Mackasswa.

Selon lui, les défis à relever sont nombreux. Notamment faire entendre la voie des parlementaires, tout autant représentants nationaux que fins connaisseurs de territoires; leur permettre de contribuer concrètement avec les Exécutifs, sur les enjeux essentiels de la prévention et du règlement des conflits et sur ceux de la paix et de la sécurité; jeter le pont du dialogue permanent et approfondi, au sein de la Famille de la région des Grands lacs, entre le Forum des Parlementaires et la Conférence internationale.

«Bref, approfondir notre coopération mutuelle, tant entre nos Etas membres qu’entre les institutions de la région des Grands lacs. Voilà de bien beaux défis pour demain», a-t-il prévenu. Ci-dessous, la déclaration finale sanctionnant les assises de Kinshasa.

Octave MUKENDI  

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom