Les Marches du CLC et du Rassop interdites par l’Hôtel de ville de Kinshasa

0
11

Aucune marche ne sera organisée ce dimanche 21 janvier 2017 à Kinshasa. La décision est tombée au terme d’une séance de travail entre l’Hôtel de ville de Kinshasa et les responsables du Rassop/ Kasa-Vubu qui ont projeté d’organiser une marche verte et pacifique ce 21 janvier. A cette séance de travail, les responsables du Comité laïc de coordination ont brillé par leur absence. L’Hôtel de ville de Kinshasa a confirmé sa décision dans deux correspondances au contenu presque similaire adressées simultanément aux responsables du CLC et du Rassop/ Kasa-Vubu.

L’Hôtel de ville de Kinshasa -HVK-, par l’entremise du vice-gouverneur Clément Bafiba Zomba, n’a pas pris acte de l’organisation de deux marches pacifiques programmées pour ce dimanche 21 janvier 2017. Ceci ressort de deux courriers de l’autorité urbaine transmis aux responsables du Comité laïc de coordination -CLC- et du Rassop/ Kasa-Vubu. Par conséquent, ces deux marches sont interdites.

La première intention d’organiser une marche pacifique ce dimanche 21 janvier est venue du CLC. Conformément à la Constitution, cette structure du laïcat catholique RD-congolais a fait part à l’autorité urbaine de sa volonté d’organiser une marche pacifique au travers d’une lettre datée du 18 janvier 2018. A cet effet, l’Hôtel de ville de Kinshasa a invité les responsables du CLC à une séance de travail, vendredi 19 janvier 2018, afin de fournir à l’autorité de plus amples informations au sujet de cette activité. Ces informations, selon la lettre de l’HVK, devraient permettre à l’autorité urbaine de réagir conséquemment. «Malheureusement, vous avez brillé par votre absence», a regretté Clément Bafiba dans sa missive aux animateurs du CLC.

Et d’enchaîner: «les informations en ma possession indiquent que l’enquête ouverte après les événements du 31 décembre 2017 n’a pas encore abouti et ses résultats risquent d’être faussés à la suite de l’organisation de votre seconde marche». Conséquence: «je ne peux en prendre acte», a décidé le second du gouv’ André Kimbuta en mission.

A la même date du 21 janvier, le Rassop/ Kasa-Vubu a aussi convié ses militants et la population à descendre dans la rue pour une marche verte et pacifique en vue de témoigner leur soutien au processus électoral. Comme le CLC, cette plateforme politique a été invitée à une séance de travail le même vendredi 19 janvier 2018 à l’HVK après avoir saisi l’autorité compétente. Roger Lumbala, Coordonnateur de Soutien à Etienne Tshisekedi -SET-, plateforme membre du Rassop, et Tharcisse Loseke, président de l’UDPS, ont été à la rencontre du comité de sécurité de la ville qui, par la même occasion, leur a informé de la tenue, à la même date, des manifestations similaires. «Pour éviter à la ville des turbulences inutiles, je ne peux prendre acte de toutes ces activités sollicitées à cette date», a fait comprendre Clément Bafiba dans la lettre adressée à Roger Lumbala.

Les deux manifestations interdites, le vice-gouverneur de Kinshasa a instruit le Commissaire provincial de la Police nationale congolaise -PNC- ainsi que tous les bourgmestres de Kinshasa de prendre des mesures conséquentes pour faire respecter cette décision.

LOI

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom