L’argent et un ordre de mission non signé à l’origine d’une bagarre filmée à la Primature

0
11

Alors que le Premier ministre Bruno Tshibala séjourne pour la deuxième fois en six mois en France pour des raisons de santé, une vidéo, devenue virale sur les réseaux sociaux, qui met en scène un homme très en colère que la sécurité du bureau du Premier ministre essaie d’évacuer, révèle ce qui s’est passé lundi à la Primature, le bureau du Premier ministre.

«Cette bagarre était entre le beau-fils du Premier ministre et le directeur de cabinet», dit à Top Congo Fm, un conseiller à la Primature, qui a souhaité garder l’anonymat.

Une affaire de sous…
Pour ce conseiller, tout démarre d’une affaire de sous.
«Nous avons tous été nommés au même degré, mais il y a un traitement différent», déplore-t-il.
«Les enfants du directeur du cabinet touchent plus que nous. Les membres de l’UDPS ne sont pas plus de 50 personnes à la Primature. Ceux qui sont là, ce sont des enfants, de la famille et des connaissances» du Premier ministre.
N’hésitant pas à parler de népotisme, le conseiller déclare ne «jamais -avoir eu- de salaire. Nous n’avons que de prime et des frais de transports».

Gendre de Tshibala mordu

Lundi, «le gendre du premier ministre pensait retirer son ordre de mission et ses frais auprès du directeur de cabinet» pour se rendre en mission en Europe.
«Le mari de Vérone -fille de Tshibala- s’est vu refuser par le dircab -directeur de cabinet- la signature de son ordre de mission».
S’en est suivie une bagarre, filmée et publiée dans les réseaux sociaux.
«Depuis le matin ça chauffe grave -à la primature. Le Premier ministre est en France, mais il appelle comme pas possible», dit encore ce conseiller.
La vidéo a «été faite par Petronie et c’est Candide qui a mordu» Ahmed, le beau-fils de Tshibala.
Le conseiller technique spécial chargé de mission du Premier ministre a annoncé lundi la suspension de toutes les personnes impliquées dans cette altercation.
Depuis quelques jours, l’opinion assiste médusée à un clash entre le Dircab, Michel Nsomue, et les conseillers du Premier ministre. Les derniers accusent le premier, tableaux à l’appui, d’une série de détournements des sommes destinées à leurs salaires. Michel Nsomue a réagi à ces attaques par un sulfureux communiqué mais les conseillers et les chargés d’études sont revenus à la charge, menaçant de le traduire en justice.

Avec Top Congo Fm

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom