Kalamba poussé à la démission: décisif courrier de Minaku à Nangaa

0
9

Ça bouge dans le microcosme politique RD-congolais au niveau des institutions. La redynamisation de la Commission électorale nationale indépendante -CENI- tant réclamée par l’Opposition que la Société civile, en application de l’Accord politique global du 31 décembre 2016 pointe à l’horizon.

Dans cette perspective, Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale, a personnellement saisi Corneille Nangaa, président de la Centrale électorale. Dans sa correspondance datée du 20 février adressée à Nangaa, le speaker de la chambre basse du Parlement lui annonce qu’il a été saisi à plusieurs reprises d’une manière non conjointe par «l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS-, parti politique, et le Groupe parlementaire UDPS et alliés d’une demande tendant au remplacement de leur délégué au sein de la Commission électorale nationale indépendante». Et de préciser: «il s’agit de Monsieur Jean-Pierre Kalamba Mulumba, actuellement rapporteur de cette haute institution d’appui à la démocratie». Puis: «Au crédit des affirmations des requérants, susmentionnés, la démarche s’inscrirait dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord politique et inclusif du 31 décembre 2016, plus spécialement en son point IV.58 chapitre IV». Et Minaku ne décide pas, il entend soumettre cette demande à l’appréciation de la plénière au cours de cette session de mars qui ouvrira ses portes le 15 de ce mois. «A cet effet, le Bureau de notre chambre législative entend soumettre, dès la session ordinaire de mars 2018, ladite demande à l’Assemblée plénière en vue d’une option à lever conformément aux dispositions pertinentes de l’article 12 de la Loi organique n°10/013 du 28 juillet 2010 portant organisation et fonctionnement de la Commission électorale nationale indépendante, telle que modifiée et complétée à ce jour», éclaire Minaku.

Selon les observateurs avertis, cette démarche pousse le Rapporteur de la CENI à la démission.  Selon l’opposant Claudel-André Lubaya, président de l’UDA Originelle, parti membre de la Dynamique de l’Opposition et du Rassemblement/Limete, la restructuration de la CENI de fond en comble est une urgence. Il estime que dans son fonctionnement actuel, la CENI n’offre aucune garantie de neutralité.

Octave MUKENDI 

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom