Gros malaise au sein de la MP

0
12

Bisbille au sein de la Majorité présidentielle -MP. Depuis le Sud-Kivu, des partis sociétaires crient leur désappointement après que le PPRD s’est arrogé la part du lion dans la nouvelle territoriale, en alignant 330 administrateurs des territoires -titulaires et assistants confondus- sur les 435 récemment nommés par le Président de la République.

Inutile de chercher à savoir qui a raison et qui a tort dans ce regroupement politique. Hier comme aujourd’hui, la scène politique est ainsi faite que chacun voit avant tout ses intérêts dans le cadre d’une alliance. Au demeurant, les formations politiques lésées ont le droit de dénoncer l’injustice et réclamer réparation. C’est ce qu’ont entrepris de faire, dans un message daté du 8 février 2018, les fédéraux de la MP au Sud-Kivu, notamment le Mai-Mai Félix KavungulaBonane, le MSR Valentin Midibu, le CCU Emmanuel Muliza, l’AFDC Théodore Chamunani, le RECO Robert Kwigomba, le MIZ Clément Kabombo et l’ARC Angèle Chihambanya.

Tout en réitérant leur attachement à leur autorité morale, le Président de la République Joseph Kabila Kabange, les représentants des partis de la Majorité présidentielle du Sud-Kivu ont profité de la récente mission à Bukavu de son directeur de cabinet, Néhémie Mwilanya, pour fustiger «l’injustice dans la répartition des postes dans la gestion tant nationale que provinciale» susceptible de déstabiliser la Majorité présidentielle à quelques mois des élections.  «Il n’y a que deux ou trois partis politiques qui gèrent la chose publique; ce qui crée la frustration au sein de notre famille politique», ont-ils affirmé dans le mot adressé à Néhémie Mwilanya. Une réalité qui révolte quand on sait que le PPRD occupe presque tous les postes juteux dans les entreprises du portefeuille de l’Etat alors que tous les membres de la Majorité ont mouillé et continuent de mouiller la chemise pour Kabila.

Les fédéraux MP du Sud-Kivu ont précisé que sur plus de 400 administrateurs des territoires et leurs assistants récemment nommés, un seul parti politique de la Majorité présidentielle, le PPRD, le même,en compte 330. Fustigeant le fait que le territoire de Fizi ait pu placer 30 AT et assistants à lui seul et cherchant à savoir si tous doivent avoir un Yakutumba dans chaque territoire pour avoir droit au partage, ils ont révélé comment en province le PPRD, cité nommément, ne se gêne pas d’échanger l’adhésion dans ses rangs contre des petits services.

Blasés par cette politique hégémonique du parti phare de leur regroupement politique, les signataires du message transmis à Mwilanya ont exigé la correction de ces erreurs du passé dans un bref délai, précisément avant mars, «pour permettre à la Majorité présidentielle de bien affronter les élections avant de demander au gouverneur du Sud-Kivu de tenir la promesse faite aux présidents fédéraux.

YA KAKESA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom