Gizenga a décidé de secouer Kabila

0
34

Le 17 janvier 2018, à l’occasion du Patrice Lumumba Day, le patriarche Antoine Gizenga, doyen d’âge des hommes politiques RD-congolais et père de l’indépendance en activité, est sorti de sa réserve et a délivré un message fort au gouvernement et à ses alliés de la Majorité présidentielle -MP-, qu’il soutient depuis 2006 mais qu’il va, sans aucun doute, désormais secouer. Il a ouvertement condamné la répression de la marche pacifique des laïcs catholiques le 31 décembre 2017, martelant que «la liberté d’expression fait partie des valeurs pour lesquelles j’ai sacrifié ma vie», donnant à certains ténors de l’Opposition comme Vital Kamerhe ou Sam Bokolombe, qui l’ont applaudi sur Twitter, l’impression qu’il encourage le Parti lumumbiste unifié -PALU-, sa formation politique, à répondre à l’appel de mêmes organisateurs et à descendre dans la rue le dimanche 21 janvier. Si le chef du parti a dit regretter que l’exercice de la liberté occasionne des pertes en vies humaines, dans les rangs, cadres et militants rappellent qu’ils ont par le passé souffert dans leur chair et perdu des camarades à cause de la barbarie, ils n’entendent pas tolérer la perpétuation de cette pratique.

Gizenga a appelé les tenants du pouvoir à décrisper le climat politique en vue de promouvoir un climat politique favorable à des élections rassérénées le 23 décembre 2018, avertissant surtout qu’il ne pourra «plus supporter une prolongation éventuelle» de la date des scrutins, alors que le média français «Le Point» affirme que Kabila projette un référendum en 2018,  conseillant «aux détenteurs du pouvoir», donc au gouvernement et à ses alliés de la Majorité présidentielle, de «féliciter la sincérité du piment et se méfier de l’hypocrisie du sucre».

En annonçant sa ferme résolution d’aligner les candidats à tous les niveaux des scrutins prévus à la fin de cette année, le patriarche entend donner au PALU le droit d’avoir son propre destin. Sans doute, songe-t-il à ce tour du sort qui l’a fait revenir au-devant de la scène politique en le plaçant tour à tour 3ème à l’issue du premier tour de la présidentielle de 2006 et à la Primature après des accords négociés avec Joseph Kabila: lui, miraculeux proche collaborateur et compagnon du nationaliste Patrice Lumumba, anéanti par les impérialistes le 17 janvier 1961, qui aurait pu également laisser sa vie pendant la longue traque lancée contre lui par les services de Mobutu, qui a résisté contre la  dictature, est parvenu à rentrer au pays après un long exil à l’étranger, prendre successivement part à la Conférence nationale souveraine -CNS-… et au dialogue inter-congolais de Sun City à l’origine de l’ordre institutionnel actuel rendu possible par les élections de 2006, réalisant enfin son rêve de voir les nationalistes revenir au pouvoir en RD- Congo, sous la direction du fils de Laurent-Désiré Kabila, l’autre nationaliste-lumumbiste assassiné en 2001 en plein exercice de la fonction présidentielle.

Par ce message osé du 17 janvier 2017, le vieux, qui veut prouver qu’il est d’une autre génération, celle de Lumumba et LDK, a fait parler sa solide expérience politique et a entrepris d’accentuer la pression sur son allié Kabila, convaincu du bienfondé du combat pour la consolidation des  acquis de la longue lutte commune pour l’instauration de la démocratie, l’alternance et l’avènement d’un Etat de droit en RD-Congo.

A propos de l’alternance, Gizenga a laissé entendre à travers une métaphore qu’il serait «comblé de voir le PALU assumer l’impérium du pouvoir» de son «vivant, afin de faire de la RD-Congo, non pas une forêt vierge où règne la jungle, où les gros arbres s’accaparent de toutes les eaux de pluie, mais un jardin botanique où toutes les plantes ont la chance d’être arrosées».  Dans cet objectif et celui de la matérialisation de sa vision d’une démocratie bipartite composée d’une Gauche et d’une Droite ainsi que du regroupement des forces de Gauche, Gizenga a fait part du lancement des consultations en vue de permettre au PALU de fédérer autour de lui les forces politiques et sociales pour faire triompher le socialisme aux prochaines élections.

AKM 

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom