FPI: Kitebi fait parler les projets

0

Le gouvernement de la République peut à ce jour se réjouir d’avoir placé le comité Kitebi à la tête du Fonds de promotion de l’industrie -FPI. Sans nul doute, l’actuelle Direction générale du fonds est porteuse de beaucoup d’innovations et réalisations quant au financement des projets et à la mobilisation de la taxe de promotion de l’industrie -TPI-, principale ressource de l’entreprise. Dès son entrée en fonction, l’équipe Kitebi a revu les modalités de financement par voie de subvention pour améliorer leur taux de réalisation effective de manière à éviter d’aggraver le lourd héritage de projets subventionnés pour la plupart non réalisés que l’institution gère jusqu’à ce jour. Elle a mis en place une politique essentiellement basée sur la réalisation d’études préalables et l’identification des opportunités d’investissement dans toutes les 26 provinces de la RD-Congo. Ce qui a permis de corriger plusieurs travers de l’ancienne équipe caractérisés par des projets non réalisés, fictifs et en retard de déblocages, souvent fractionnés sur plusieurs années. Hormis les récentes subventions concernant notamment la réhabilitation et l’extension du Complexe scolaire Mokengeli, dont les travaux ont été lancés la semaine dernière dans la commune de Lemba, le FPI nouveau compte à son actif moult projets financés et réalisés. Entre autres le Lycée Sebyera, une école des filles dans l’ex-Bandundu, dirigée par les sœurs religieuses. Ce lycée a sollicité et obtenu une intervention du FPI de l’ordre d’USD 25.000 pour l’acquisition des machines à coudre afin d’équiper son atelier de couture, des ordinateurs ainsi que des panneaux solaires pour l’électrification de son internat. Dans ce sens, l’administration précédente avait déjà subventionné en 2011 la l’Université catholique du Congo, ex-Facultés catholiques de Kinshasa à la hauteur d’USD 564.000 pour son bâtiment de Mont-Ngafula; l’Université officielle de Mbuji-Mayi à USD 155.546 en 2013, ainsi que la faculté de Sciences de l’Université de Kinshasa.

Concernant CUMABLOCK, l’actuelle Direction générale du FPI a payé le solde de la subvention accordée partiellement par l’équipe dirigeante sortante relative à la construction du pont Nkole à Malemba-Nkulu, dans la province du Haut-Lomami. Cet ouvrage a été inauguré par le ministre de l’Industrie en 2017. A l’Université de Kinshasa -UNIKIN-, le FPI nouveau a accordé une subvention destinée à la première phase de forage de trois puits d’eau pour le plateau des professeurs. Cet ouvrage a été réalisé et est opérationnel à ce jour. Il a été financé selon les nouvelles procédures avec décaissement en faveur du maître d’œuvre et non aux autorités de l’université. La seconde phase est en cours de réalisation pour les homes d’étudiants, les cliniques universitaires, le CNPP, etc. inscrite dans le programme d’urgence de 100 jours du Chef de l’Etat.

CIMAIKO, c’est un programme du gouvernement de la République initié pour l’implantation de la cimenterie dans l’ex-Province Orientale, ayant bénéficié de la subvention du FPI à la hauteur d’USD 2.500.000. Ce projet du gouvernement a été accordé à l’Office des routes en qualité de maître d’œuvre pour la réhabilitation du pont Lubunga et l’aménagement de la route menant au site d’exploitation de la cimenterie. Il sied de noter que le décaissement y relatif a débuté avec l’ancien management.

Le comité Kitebi a aussi financé les études de faisabilité sollicitées par le gouvernement provincial du Maniema en vue de l’implantation d’une microcentrale à Kindu. Ces études ont été réalisées et mises à la disposition de la province.

Le projet Bishweka fait partie aussi des réalisations de l’actuelle direction générale du FPI. Il s’agit d’une filière de l’industrie hôtelière. Ce projet appartient au Groupe Ihusi bien connu à Goma, dans le Nord-Kivu, qui est en partenariat avec la chaine hôtelière internationale SERANA. Il a été financé suivant la nouvelle politique d’intervention sur les secteurs porteurs, selon que l’industrie hôtelière était financée de manière indirecte. Ce promoteur a déjà financé presqu’en totalité son projet.

Des efforts payants dans la mobilisation de la taxe

«Mobiliser plus pour financer mieux», c’est le maître mot de la nouvelle politique du comité Kitebi. Dans cette logique, les recettes de la TPI à l’import ont effectivement connu une hausse fulgurante grâce aux efforts du personnel aujourd’hui mieux formé aux techniques de mobilisation, de recouvrement de la taxe ainsi qu’à l’encadrement de la Direction générale actuelle qui a réussi à obtenir des ajustements dans le cadre de nouvelles instructions administratives et dans le respect de la loi, avec ses partenaires traditionnels. En matière de gouvernance, l’actuelle direction générale a innové en érigeant le comité de direction en instance de coordination et de gestion participative de l’entreprise.  

Soucieux de faire participer la population à l’action qu’il mène, le Fonds de promotion de l’industrie invite les RD-Congolais à suivre et même à surveiller la réalisation des projets FPI d’envergure retenus dans le cadre du programme d’urgence de 100 jours du Chef de l’Etat pour se convaincre de ses nouvelles orientations.

Olitho KAHUNGU

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom