FPI: deux sujets belges aux arrêts pour insolvabilité

0
38

Arrêtée avec son fils le 24 janvier dernier au Beach Ngobila à Kinshasa, la Belge Christine Van Der Haegen, directrice de TRADEXIM SPRL, a voulu sortir discrètement du territoire RD-congolais alors que cette sexagénaire révolue et son fils sont tous les deux débiteurs d’USD 3 millions chacun du Fonds de promotion de l’Industrie -FPI. Après avoir plaidé maladive, lundi 29 janvier, Christine Van Der Haegen a été conduite au Centre médical de Kinshasa -CMK. Son fils, quant à lui, est toujours détenu au Parquet général de la Gombe, avec le conservateur des titres fonciers de la Gombe. Un agent du FPI impliqué aussi dans ce dossier est en fuite. Sous le coup d’une action judiciaire à son encontre, la directrice de TRADEXIM SPRL avait été citée dans le rapport d’enquête parlementaire sur la gestion du FPI comme promotrice n’ayant jamais réalisé le projet pour lequel elle avait obtenu un financement de l’ordre d’USD 3 millions USD pour créer une usine de purée de tomate et de jus. Son fils, Georges Jacofides, propriétaire de la société Media Print SPRL, lui aussi, avait contracté le même montant pour l’achat d’équipements d’une imprimerie dans la commune de la Gombe. La commission parlementaire, à défaut de le rencontrer, a visité les lieux renseignés dans le contrat. Elle y a trouvé un bâtiment érigé avec comme enseigne Media Print SPRL mais sans machine d’imprimerie.

Ayant été informée, par des réseaux politiques puissants qui continuent de faire beaucoup de pressions en faveur de ces sujets belges, qu’une plainte en leurs noms avait été déposée auprès des instances judiciaires par le FPI, la Belge et son fils se sont organisés pour quitter frauduleusement le territoire RD-congolais. Grâce à la vigilance et au partenariat solide conclu entre le FPI et les services commis à la sécurité des frontières, ils ont été neutralisés.

OK

 

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom