Conférence sur la crise humanitaire en Rd-Congo le 13 avril à Genève: Badibanga manœuvre, les donateurs se mobilisent

0
11

En marche vers la tenue de la Conférence internationale des donateurs pour le Congo, prévue le 13 avril 2018 à Genève, Samy Badibanga, épris de compassion pour ses compatriotes vivant dans des conditions infrahumaines suite aux guerres et catastrophes naturelles, est au four et au moulin à la recherche des personnes capables de solutionner la crise humanitaire qui frappe de plein fouet la RD-Congo. Bénéficiant d’un soutien sans faille du Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya et du Révérend Bokundoa, président de l’Eglise du Christ au Congo, l’ancien Premier ministre a fait le tour des capitales aussi décisives que Bruxelles, Londres, Paris et Washington pour rencontrer des personnalités d’influence mondiale auprès de qui il a mené une action diplomatique en faveur des RD-Congolais en besoin d’assistance humanitaire. «Il fallait agir vite. En 2016, la Centrafrique, qui a des problèmes moindres que nous, avait pourtant obtenu des promesses de financement d’USD 2,2 milliards. En tant que citoyen, toute personne qui a de la notoriété et un carnet d’adresses peut mobiliser pour l’organisation d’une telle conférence, et nous l’avons fait», a déclaré Badibanga, qui a vu son appel obtenir gain de cause avec la programmation de la Conférence internationale des donateurs au 13 avril 2018. Cette conférence a pour objectif de réunir le financement nécessaire à la mise en œuvre de l’action humanitaire et de la réhabilitation à hauteur d’USD 1,68 milliard tel que prévu par le plan de réponse humanitaire de l’UNOCHA. En vue d’atteindre cette bagatelle, les donateurs se mobilisent entre eux. «Des hommes et des femmes, soucieux de la situation de catastrophe humanitaire qui sévit dans le Grand Kasaï, au Tanganyika et dans le Grand Kivu, ont milité en sa faveur et mobilisé pour cela le ban et l’arrière ban de la Communauté internationale et du monde humanitaire», a fait savoir le site «grandslacs.org».

Laurent OMBA

Crise humanitaire en RD-Congo: comment l’ancien Premier ministre Samy Badibanga a manœuvré pour obtenir la Conférence des donateurs

La Communauté internationale a décidé de l’organisation d’une Conférence internationale des donateurs. En effet, celle-ci se tiendra le 13 avril 2018 à Genève, en Suisse. Il faut relever ici que cette Conférence internationale des donateurs n’est pas le fait d’une génération spontanée: des hommes et des femmes soucieux de la situation de catastrophe humanitaire qui sévit dans le Grand Kasaï, au Tanganyika et dans le Grand Kivu ont milité en sa faveur et mobilisé pour cela le ban et l’arrière ban de la Communauté internationale et du monde humanitaire. L’idée est partie de Samy Badibanga. A l’époque où il était Premier ministre, l’élu de Kinshasa/ Mont-Amba avait mesuré l’étendue des dégâts. Le pays compte 13 millions de personnes en besoin d’aide humanitaire pour l’année 2018, ce qui place la RD-Congo au niveau 3/3 d’urgence humanitaire de l’UNOCHA. On compte 8,5 millions de personnes en insécurité alimentaire sévère. Quant aux déplacés, ils sont plus de 1,5 million au Kasaï, 1.000.000 au Kivu et plus de 500.000 au Tanganyika -chiffres évolutifs. Pour apporter assistance à toutes ces personnes, les besoins ont été estimés à 1,68 milliard de dollars américains par UNHRP. Or, l’expérience de 2017 avait de quoi inquiéter. En effet, sur un total en besoin de financement attendu de 812 millions de dollars américains, seuls 424 millions ont été décaissés -soit seulement 52%-, ce qui expose des millions de personnes à la précarité, voire à la mort. Ayant quitté la primature, Badibanga sait mieux que quiconque que la RD Congo ne peut pas financer les besoins humanitaires en présence, avec un budget aussi faible et dont une part colossale doit être consacrée au processus électoral. Il décide alors d’agir sur ce sujet qui, assure-t-il, lui tenait tant à cœur. En tant que citoyen, de surcroit député national, il prend contact avec le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, Archevêque de Kinshasa et le Pasteur Bokundoa, président de l’Eglise du Christ au Congo -ECC- afin d’entreprendre une campagne internationale de lobbying au niveau mondial. Il réussit à les réunir ainsi que d’autres organisations de la Société civile au sein d’une structure dénommée «L’Espoir» dont il est coordonnateur. En décembre 2017, L’Espoir fait sa première déclaration commune signée par le Cardinal Laurent Monsengwo et le Pasteur Bokundoa, présentant la situation humanitaire catastrophique du pays et appelant à l’organisation d’une Conférence internationale des donateurs. «Il fallait agir vite. En 2016, la Centrafrique, qui a des problèmes moindres que nous, avait pourtant obtenu des promesses de financement de 2,2 milliards de dollars américains. En tant que citoyen, toute personne qui a de la notoriété et un carnet d’adresses peut mobiliser pour l’organisation d’une telle conférence, et nous l’avons fait», nous déclare le député de Kinshasa/MontAmba. Samy Badibanga a alors pris le chemin des capitales qui comptent: de Bruxelles à Washington, en passant par Londres, Paris et New York, il a rencontré du monde parmi les dirigeants du monde politique et humanitaire et mène une action diplomatique en faveur des RD-Congolais en besoin d’assistance humanitaire. Dans le même temps, le Cardinal Monsengwo et le Pasteur Bokundoa continuent, chacun de son côté, la campagne de lobbying. Toutes ces actions convergeaient vers un même objectif: obtenir l’organisation d’une Conférence internationale des donateurs afin de réunir le financement nécessaire à la mise en œuvre de l’action humanitaire et de la réhabilitation à hauteur de 1,68 milliard de dollars US tel que prévu par le plan de réponse humanitaire de l’UNOCHA. La décision d’organiser, fnalement, cette conférence et d’en fixer même la date pour le 13 avril 2018 constitue une fière chandelle pour, son coordonnateur Samy Badibanga et ses principaux partenaires au sein de la Coordination l’Espoir, le Cardinal Monsengwo et le Pasteur Bokundoa pour une mission noble.

Par Grands Lacs

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom