Beveraggi recadre ses pourfendeurs

0
33

Pascal Beveraggi a décidé de recadrer ses pourfendeurs. Dans un droit de réponsesigné de la main de Me Oprhée Tshimbadi, l’avocat conseil de la société NB Mining, cet entrepreneur rejette les allégations de maffia et affirme avoir racheté MCK dans le respect des règles et de la loi.
«En novembre 2015, le groupe Necotrans achète intégralement la société MCK et Monsieur Pascal Beveraggi, partenaire de Necotrans, devient président de MCK qui prend alors le nom de NB Mining. Son nouveau président a immédiatement mis en place un plan de restructuration de l’entreprise», précise l’avocat. Puis: «En juin 2017, le Groupe Necotrans a dû procéder à un plan de cession de tous ses actifs. C’est dans le cadre d’une procédure collective que le Tribunal de Commerce de Paris a accepté en septembre de la même année l’offre de reprise présentée par Monsieur Beveraggi. Le Tribunal de Commerce attribuant par ailleurs à plusieurs opérateurs d’autres actifs détenus par Necotrans. Vos lecteurs apprécieront donc que le processus de cession de NB Mining s’est déroulé dans un cadre juridique strict et en totale transparence». Puis encore: «Nous ajoutons que cette acquisition de NB Mining par Monsieur Beveraggi a été validée
une nouvelle fois le 19 décembre dernier en appel par le Tribunal de Commerce de Paris face aux anciens propriétaires de MCK qui semblent n’avoir comme seule volonté que de nuire à son nouveau propriétaire». Selon Beveraggi, depuis novembre 2015 et le rachat de MCK devenu NB Mining, il a dû faire face à des attaques et allégations mensongères qui ont fait du tort à son entreprise et à ses salariés. Pourtant, cogne-t-il, dans le cadre des rares procédures engagées contre elle, la société NB Mining s’est défendue et a gagné tous ses procès. Niant également l’existence des stratégies pour se soustraire à ses obligations juridiques et contractuelles, l’entrepreneur fait plutôt part de son ambition de créer et de produire pour être un modèle de réussite au bénéfice de ses employés et de l’économie de la République Démocratique du Congo.

Droit de réponse de NB Mining

Messieurs,
L’article paru dans votre édition du 26 janvier dernier  nous pousse à vous adresser un droit de réponse pour rétablir toute la vérité sur l’acquisition de NB Mining. Par vos écrits, vous tendez
à jeter le discrédit sur une société congolaise, ses deux milles salariés et collaborateurs et surtout
sur son président, Monsieur Pascal Beveraggi, en mettant en cause son honnêteté et sa probité sans apporter la moindre preuve. Voici dans le plus strict respect de la vérité, de la loi et de la
déontologie, l’historique de l’acquisition de NB Mining. En novembre 2015, le groupe Necotrans achète intégralement la société MCK et Monsieur Pascal Beveraggi, partenaire de Necotrans, devient président de MCK qui prend alors le nom de NB Mining. Son nouveau président a
immédiatement mis en place un plan de restructuration de l’entreprise. En juin 2017, le Groupe
Necotrans a dû procéder à un plan de cession de tous ses actifs. C’est dans le cadre d’une procédure collective que le Tribunal de Commerce de Paris a accepté en septembre de la même année l’offre de reprise présentée par Monsieur Beveraggi. Le Tribunal de Commerce attribuant par ailleurs à plusieurs opérateurs d’autres actifs détenus par Necotrans.
Vos lecteurs apprécieront donc que le processus de cession de NB Mining s’est déroulé dans un cadre juridique strict et en totale transparence. Nous ajoutons que cette acquisition de NB Mining
par Monsieur Beveraggi a été validée une nouvelle fois le 19 décembre dernier en appel par le Tribunal de Commerce de Paris face aux anciens propriétaires de MCK qui semblent n’avoir comme seule volonté que de nuire à son nouveau propriétaire. Nous précisons que dans le cadre des rares procédures engagées contre elle, la société NB Mining s’est défendue et a gagné tous ses procès. NB Mining ne met pas en place des stratégies pour se soustraire à ses obligations
juridiques et contractuelles.
La justice est là pour dire le droit lorsqu’elle est saisie et NB Mining, comme tout autre opérateur en RD-Congo, respecte cette règle. L’article incriminé fait donc écho de Moise Katumbi qui avait fait appel du jugement rendu par le Tribunal de Commerce et qui a été débouté le 19 décembre dernier, confirmant ainsi Monsieur Pascal Beveraggi dans ses droits.
Depuis novembre 2015 et le rachat de MCK devenu NB Mining, nous avons dû faire face à des attaques et allégations mensongères qui ont fait du tort à l’entreprise et à ses salariés. NB Mining
et son président n’ont pour seul objectif que de redresser l’entreprise et en faire une référence en RD-Congo, à la fois dans ses succès opérationnels et ses capacités reconnues, mais aussi dans sa gouvernance, ses procédures et ses modes de gestion. NB Mining n’a que l’ambition de créer et de produire pour être un modèle de réussite au bénéfice de ses employés et de l’économie du pays, et valorisant l’image de la République Démocratique Congo.
Au demeurant, nous tenons à préciser que Monsieur Beveraggi n’a jamais eu à subir nulle part de
condamnation. Les soi-disant faits que l’article évoque relèvent de la diffamation ou comportent de nombreuses approximations, tant sur les activités et la personne de M. Beveraggi. Cela nous pousse à nous interroger sur les réelles motivations de ces attaques.
Me Orphée TSHIMBADI
Avocat Conseil

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom