2ème round de la guerre des UDPS: Kabund poursuit Loseke au tribunal

0
23

Jean-Marc Kabund n’a pas voulu attendre le verdict du tribunal dans l’affaire qui l’oppose à Tharcisse Loseke. Les deux parties vont devoir s’affronter une nouvelle fois devant un juge, à l’initiative cette fois-ci de Jean-Marc Kabund. Dans une citation directe à comparaitre, Kabund poursuit Loseke pour imputations dommageables et dénonciation calomnieuse. Il l’accuse également d’avoir falsifié les statuts de l’UDPS et les avoir notariés sans qualité d’une part et de s’être présenté devant le tribunal comme congolais alors qu’il a acquis la nationalité belge depuis 2010. La guerre des UDPS a atteint son deuxième round judiciaire.

 

C’est par citation directe que Jean-Marc Kabund et Rubens Mikindo défèrent Tharcisse Loseke devant un juge. Le huissier de Tribunal de Grande instance de Kinshasa/Matete, Guy Mukundi a signifié cette citation directe au président délégué de l’UDPS/Tshibala «d’avoir à comparaitre devant le Tribunal de paix de Kinshasa/Matete, siégeant en matière répressive au premier degré… en audience publique du 06/04/2018 à heures du matin». Les griefs lui allégués sont entre autres, le fait de s’être permis de prendre part à un soi-disant congrès dit de l’UDPS organisé du 07 au 10 décembre 2017 au Centre  Féminin Mama Mobutu à Kinshasa/Limete, à l’issue duquel un certain nombre d’actes, dont notamment les statuts du 10 décembre 2018 et plusieurs résolutions modifiant les organes du Parti tout en reprenant la dénomination, les logos emblématiques et l’adresse de l’UDPS, ont été élaborés et adoptés.

Kabund charge également Loseke de s’être fait passer pour vice-président de l’UDPS et s’être présenté devant le notaire de Mont Amba, où il a fait notarier «tous les actes et statuts frauduleux issus de ce prétendu congrès en se faisant faussement passer pour congolais alors qu’il a acquis la nationalité belge comme le prouve le Moniteur belge n°181 du mardi 15 juin 2010 à la page 37.289». Autres griefs, «que depuis lors, le précité se fait passer tantôt pour vice-président de l’UDPS, tantôt pour président délégué de ce parti, s’attaquant publiquement à mon premier requérant et l’accusant injustement, sous RP 32.112/IX du tribunal de Paix de Kinshasa/Matete, d’avoir signé un acte appelé ‘la décision convoquant le congrès de l’UDPS pour le 30 au 31 mars 2018’ et d’avoir usurpé de la qualité du Secrétaire général faisant intérim du président de l’UDPS».  Puis encore: «Qu’au cours de l’audience publique du 02 janvier 2018 sous RC 31.402 du Tribunal de Grande instance de Kinshasa/Matete, Sieur Tharcisse Nembanemba a, par le truchement de ses conseils, produit et fait usage des frauduleux statuts du 10 décembre 2018 ainsi que l’acte notaire datant du 16 décembre 2017… ».

Aussi Loseke est accusé de se présenter comme sujet congolais alors qu’il a déjà acquis la nationalité belge, comportement décrié par le camp de Kabund et qualifié de préjudice qu’à leur parti politique. Et la demande est claire. «Qu’il convient que le Tribunal de céans condamne le cité pour des infractions des imputations dommageables et dénonciation calomnieuse à l’égard de mon premier requérant ainsi que de faux en écriture et usage du faux, prévues et punies respectivement par les articles 74, 76, 124, 126 et du Code pénal congolais livre II».

Le Tribunal est prié de «condamner Loseke aux dommages et intérêts de l’équivalent en francs congolais de 1.000.000 USD -un million de dollars américains». Tharcisse Loseke a été le premier à traduire Kabund en justice l’accusant d’avoir signé une décision convoquant le congrès de l’UDPS. L’affaire est prise en délibéré au tribunal. Après la mort d’Etienne Tshisekedi, l’UDPS et le Rassemblement se sont disloqués. Il y a eu d’une part le Rassemblement Kasa-Vubu, dirigé par Joseph Olenghankoy avec Bruno Tshibla qui a été nommé Premier ministre et propulsé à la tête de l’UDPS/Tshibala avant qu’il ne charge Loseke pour incompatibilité, et d’autre part l’UDPS/Tshisekedi dirigé par Kabund comme président intérimaire et le Rassemblement/Limete chapeauté par Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi.

A l’issue du congrès de l’UDPS au siège du parti à Limete, Félix Tshisekedi a été non seulement élu président national de l’UDPS pour succéder à Etienne Tshisekedi mais aussi désigné candidat de ce parti à la présidentielle de décembre 2018.

Dans le cadre de la décrispation politique conformément à l’Accord politique global de la Saint Sylvestre qui exige de mettre fin au dédoublement des partis politiques, le Conseil national de suivi de l’Accord -CNSA- dirigé par Joseph Olenghankoy, a demandé à Tharcisse Loseke de laisser le label UDPS à l’aile de Limete dirigé aujourd’hui par Kabund et Félix Tshisekedi. Ce que la camp Tshibala conteste. L’affaire devra être tranchée par le tribunal.

Octave MUKENDI

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom