Indicateur paiement taxes et impôts: les contributeurs sensibilisés

0

A l’attention des cabinets d’audit, fiduciaires et experts fiscalistes, l’Agence nationale pour la promotion des investissements -ANAPI- a, vendredi 22 février 2019, tenu une réunion technique de sensibilisation à l’hôtel Sultani de la Gombe.

Bénéficiant de l’appui du projet PDPC, cette réunion a été organisée en perspective de la publication du rapport Doing business 2020 de la Banque mondiale évaluant les économies du monde en fonction des réformes mises en œuvre pour assainir le climat des affaires. Anthony Kinzo, Agnès Mwad, Maurice Tshikuya, Angélique Kikudi, respectivement DG de l’ANAPI, CNSS, INPP et ONEM, ont pris part à cette réunion aux côtés de Jean-Baptise Nkongolo, DGA de la DGDA.

Dans son intervention, le DG Anthony Kinzo a présenté les résultats du pays sur le paiement des taxes et impôts dans le dernier rapport Doing business publié en début 2019 ainsi que les reformes opérées par la RD-Congo sur cet indicateur avec un accent important sur les innovations apportées dans la loi des finances 2018 exercice 2019. «Nous faisons les réformes dans le sens de l’amélioration du climat des affaires en général, mais n’oublions pas que nous sommes évalués pour que nous soyons attractifs aux différents investisseurs étrangers et pour promouvoir aussi des investisseurs locaux», a fait savoir le DG de l’ANAPI avant d’énumérer quelques réformes, entre autres la réduction du taux de l’impôt sur le bénéfice et profit de 35 à 30%, l’extension du guichet unique de paiement taxe et impôt aux moyennes entreprises, la réduction des pénalités de 4 à 2%. Pour le DG Kinzo, il est important que les experts ou les différents contributeurs de l’indicateur paiement taxes et impôts soient au courant de grandes réformes mises sur pieds pour assainir l’environnement des affaires dans cet indicateur.

A la tribune, Agnès Mwad Katang, DG de la Caisse nationale de sécurité sociale -CNSS-, est revenue sur les différentes réformes entreprises dans son secteur tout en annonçant la possibilité, à ce jour, de faire de la télé-déclaration à partir du site Internet de la CNSS. «Le taux de contribution a changé. On est passé de 8,5% à 18%. Cela compte tenu de toutes les innovations contenues dans la réforme. Ces innovations sont par rapport aux allocations familiales, prénatales, de maternité, etc. Toutes ces innovations mettent le travailleur au centre de son entreprise, valorisent son travail et son revenu», a rapporté Agnès Mwad, fière d’avoir contribué à l’amélioration du climat des affaires et à la numérisation du système de déclaration.

Pèlerinage pour l’assainissement du climat des affaires

DG de l’Institut national de préparation professionnelle -INPP-, Maurice Tshikuya a exposé sur l’importance de la contribution patronale de l’INPP pour espérer avoir une main d’œuvre qualifiée. Ainsi, il a martelé sur la disponibilité de son organe d’accompagner les entreprises par la mise à jour de leurs travailleurs par des formations gratuites. «L’INPP reste à leur disposition et apte à donner des formations continues aux travailleurs. On ne peut pas rentabiliser les entreprises sans des formations continues. Cette innovation vient en appui des réformes diligentées par les institutions de la République. Nous travaillons main dans la main», a souligné Tshikuya, avant de passer le relai au DGA de la Direction générale des douanes et accises -DGDA- et au délégué de la Direction générale des impôts -DGI. Le premier a axé son intervention sur les différentes réformes mises en œuvre par la DGDA au niveau du commerce transfrontalier alors que le second a fait l’économie de la réforme relative à l’extension de la déclaration et du paiement unique des impôts, cotisations sociales et contributions patronales sur les rémunérations aux moyennes entreprises. Il est aussi revenu sur la télé-déclaration à la DGI avant de faire état des avancées importantes réalisées dans le paiement des taxes et impôts à travers la nouvelle loi des finances.

Par ailleurs, le DG de l’ANAPI a fait savoir que la réunion technique de Sultani a été organisée en vue de sensibiliser sur l’indicateur paiement taxes et impôts dans le cadre d’un pèlerinage entamé depuis un certain temps. «Il était aussi question de sensibiliser les contributeurs sur la manière dont le questionnaire Doing business devrait être rempli», a-t-il ajouté.

Laurent OMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom