Gécamines: ses hôpitaux et cliniques rénovés et équipés des machines de dernière génération

0

Le nom de la Générale des carrières et des mines -Gécamines- a très souvent été associé à l’exploitation et la production de cuivre et de cobalt. Mais trop peu aux agents, ces héros dans l’ombre, et aux membres de leur famille, qui s’usent après avoir donné, des années durant, le meilleur d’eux-mêmes pour le bonheur du pays tout entier. Cette population Gécamines, à majorité vieillissante, souffre des maladies chroniques comme l’hypertension ou le diabète avec des répercussions au niveau du rein. Sa prise en charge occasionnait de nombreuses expatriations médicales et, donc, d’importantes dépenses. Le PCA Albert Yuma et le DG ai Jacques Kamenga ont voulu corriger cette situation de par l’amélioration du social des agents et le renouvellement du plateau technique des hôpitaux, des cliniques et des maternités de l’entreprise.

Un coup d’éclat. Aujourd’hui, la renaissance de l’opérateur public des mines va avec la nouvelle visée de ses institutions médicales rénovées: jouer le rôle des hôpitaux et cliniques de référence, conserver mais surtout dépasser le niveau de qualité des soins qu’offrent déjà Lubumbashi et Likasi dans le Haut-Katanga, en attendant la ville de Kolwezi, dans la province du Lualaba.

Aux Cliniques de la Gécamines à Lubumbashi, la rénovation est effective depuis plusieurs mois. L’institution placée sous la direction du Docteur Mutach a renouvelé la plupart de ses équipements avec des moniteurs et des échographes pour les examens, les diagnostics et les traitements efficients des maladies cardiaques. L’unité de dialyse a été équipée de cinq nouvelles machines et d’un centre de traitement des eaux. «Elle aide à soigner les malades qui souffrent des insuffisances rénales. Au lieu de 2400 dollars par mois jadis dépensés, les agents GCM bénéficient des soins gratuits et ne déboursent que 15.000 francs par jour pour l’internement et trois repas quotidien», se flatte Dr Phina Nkulu, responsable du Département ORL. Et de préciser: «Nos diagnostics sont respectés. Avec nos équipements, nous offrons les soins de même qualité que ceux de l’étranger, nous avons réussi à réduire sensiblement le taux de transfert des malades vers l’étranger. C’est ça notre objectif. Nous avons acquis ces matériels de pointe pour permettre à la population Gécamines ou non d’avoir des soins sur place». Des machines plus sûres, plus rapides et plus précises, comme le témoigne la journaliste Denise Dusochoy avec résidence en Belgique dont la fille a été opérée avec succès dans le nouveau bloc opératoire, rouvert après avoir été doté des outils pimpants neufs et performants.

A la pointe de l’adaptation aux nouveaux défis

Les mêmes soins ont été accordés aux Urgences, aux Départements ORL ou Soins intensifs. Les malades sont internés dans des chambres à faire pâlir certaines familles aisées, confectionnées pour les mettre à leur aise. Rien n’a été négligé à la maternité: outre les chambres du même standing que celles sus-évoquées, le service de Néonatologie a reçu un appareil de photothérapie, des dizaines de berceaux chauffants et des couveuses où les bébés sont gardés, loin de tout contact avec les visiteurs. Les césariennes s’y font avec un excellent taux de réussite qui influence la baisse du taux de mortalité due à la maternité. 

Loin de faire la publicité de l’Hôpital général de référence Lubumbashi Sud, autre propriété de la Gécamines, le Docteur Ilunga est fier de conduire les visiteurs dans les 3 blocs opératoires entièrement réhabilités et équipés. Alors que la modernité y est palpable, Ilunga rassure que le personnel médical a suivi une formation appropriée pour le maniement de ces nouvelles machines. Un tour dans les centres de spécialité ORL, Ophtalmologie… Dentisterie, fait défiler devant les yeux des machines de nouvelle génération. L’ORL a des machines incorporées pour endoscopie et audiométrie. «Nous avons également doté d’imagerie le site de scan», déclare Ilunga, présentant fièrement les échographes 3D et 4D qui garnissent une salle où l’on sent la fraîcheur ainsi qu’un scanner géant dernier cri. Ces nouvelles acquisitions permettent d’améliorer la qualité des images et la précision des diagnostics, explique le médecin chef de staff. 

La salle des urgences est équipée d’une baie vitrée pour permettre aux médecins et infirmiers d’avoir une vue panoramique sur les patients et pouvoir intervenir en cas d’extrême nécessité. Le Département de Kiné et Physiothérapie va démarrer d’ici là et quelques salles sont également en train de subir leur cure de jouvence. En plus de sa nouvelle mini clinique déjà opérationnelle, l’Hôpital Général de référence de la GCM a acquis une nouvelle ambulance médicalisée. Un gros investissement social qui donne du baume au cœur du Dr Ilunga, confiant de lancer un appel en direction de la population: «ce qui est fait, c’est déjà beaucoup. Nous sommes fiers du travail abattu par la Haute Direction. Nous demandons à la population de nous faire seulement confiance et de venir nombreuse à la Gécamines, les tarifs ne sont pas exorbitants». Main sur cœur, Ilunga fait sa profession de foi en affirmant haut et fort que l’Hôpital Général de référence de la Gécamines a la visée d’être l’Hôpital général de référence du Grand Katanga. Une ambition justifiée. Selon les témoignages des patients rencontrés dans les couloirs, les institutions médicales de la GCM se mettent à la pointe de l’adaptation aux nouveaux défis tout en fournissant des soins de premier ordre à travers diverses spécialités médicales ou chirurgicales.  

AKM

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom