Le livre «Le Commerce international dans une économie globalisée» de Bahati et Byeragi porté sur les fonts baptismaux

0

«Le commerce international dans une économie globale. Défis, enjeux et perspectives pour la République démocratique du Congo». C’est la nouvelle publication de deux éminents Professeurs RD-congolais Modeste Bahati Lukwebo et Georges Byeragi Safary, présentée officiellement samedi 25 mai 2019 au Rotana Hôtel, dans la commune de la Gombe. Publiée aux éditions ARNO, cette œuvre scientifique comprend 394 pages reparties en 17 chapitres. Le livre a été baptisé par le Professeur ordinaire Mbangala Mapapa, Directeur général de l’Institut supérieur du commerce -ISC-/Kinshasa et Professeur à l’Université de Liège en Belgique. Pour Modeste Bahati, l’idée de la co-rédaction de ce livre est partie de son collègue Georges Byeraga de produire cette réflexion sur le commerce international en leur qualité des théoriciens et praticiens en la matière. Le coût de ce livre est fixé à 40 USD. Lors de la cérémonie de vernissage, le premier lot de 800 livres a été vendu et épuisé sur place.

Devant une crème importante de scientifiques et hommes politiques venue participer à la cérémonie de vernissage, le Professeur Georges Byeragi a fait savoir à l’assistance que l’ouvrage «Le commerce international dans une économie globale. Défis, enjeux et perspectives pour la République démocratique du Congo» a pris six bonnes années de recherche avant sa publication. Il a signifié que très peu de publications abordent la question du commerce international de par son aspect complexe dans un contexte très embrouillé comme celui de la RD-Congo. Le livre vient résoudre, a-t-il expliqué, les difficultés liées à la disparité du commerce international afin de faire face à la mondialisation. Pour le Professeur Georges Byeragi, c’est un sérieux problème, car en RD-Congo, tout vient de l’extérieur. «C’est une honte et une vraie catastrophe!», a-t-il lancé. Et de déplorer: «la RD-Congo ne produit rien et c’est l’héritage que nous ont légués les colonisateurs c’est-à-dire toujours transporter au lieu de savoir calculer. La RD-Congo continue à vendre les matières premières au lieu de les transformer».  Pour sa part, le Professeur Bahati Lukwebo a clairement démontré son apport pour les échanges commerciaux d’un pays africain qu’est la RD-Congo. «C’est une expression d’une volonté de faciliter la tâche aux personnes concernées, dont les hommes d’affaires, les autorités  politiques, les scientifiques et autres curieux. C’est un regard sur le système du commerce né au nord, acheter et vendre à l’export, eu égard aux dispositions du commerce international». Et de souligner: «notre vœu est que ce livre nous apprenne à agir dans la bonne direction, qu’il suscite des débats et des réflexions nourries pour permettre à la RD-Congo, pays en voie de développement, de participer positivement à la mondialisation et entrer dedans». Au cours de cette journée scientifique, Modeste Bahati a sollicité la création d’un centre de recherche de commerce international et la mise sur pied des mesures de contraintes  pour résoudre ces questions.

«Faire de la RD-Congo la Chine de l’Afrique…»

«Sur le plan combatif, la RD-Congo est en ordre de bataille. Seulement, le politique RD-congolais rend malade l’économique. Ce sont les politiques qui tuent l’économie et qu’à cause de cela la RD-Congo est aujourd’hui un pays écarté sur le plan économique, chaque province dépendant des pays voisins, une économie extravertie», a souligné Vital Kamerhe, directeur de cabinet du Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et son représentant à la cérémonie. Et de poursuivre: «ce ne sont pas les extra-terrestres qui nous ont conduits à cette situation, mais c’est l’œuvre des politiciens qui ont fait de la RD-Congo un pays dépendant totalement de l’extérieur avec une économie écartelée et tributaire des pays voisins selon la zone où l’on se trouve». Vital Kamerhe pense qu’il faut repenser les nouveaux plans, les nouveaux programmes avec comme socle solide, l’homme qui doit être acteur de son développement. Il faut également, a-t-il renchéri, dépouiller la RD-Congo de son image d’un pays champion en taxes et en tracasseries. «La RD-Congo est le premier ennemi de son de son développement. C’est aujourd’hui une interpellation et nous devons nous remettre en cause; est-ce que nous avons emprunté un bon chemin? Pourquoi ne pas créer une zone économique à Walikale où il y a du Zinc, cobalt, fer et autres que l’on pourra vendre à l’extérieur», a-t-il suggéré. Et de signifier: «c’est un défi qui nous attend dans nos cinq ans de mandat avec le Président Félix Tshisekedi. Nous avons tué les centres des recherches, nous avons réduit les professeurs au bas de l’échelle. Le diagnostic nous permettra d’avoir une bonne projection. La RD-Congo va se réveiller. Le Rwanda va devenir le Singapour mais nous avons l’ambition de faire de la RD-Congo la Chine de l’Afrique».

Bahati, homme politique aguerri qu’on ne peut pas dribbler

Le directeur de cabinet du Président Félix Tshisekedi a profité de l’occasion pour saluer l’homme Bahati qui est, selon lui, très complet. «Sincèrement, avec toutes les qualités que Modeste Bahati possède, je suis en-dessous de lui. Scientifique, homme d’affaires mais aussi homme politique aguerri -plusieurs ministres, aujourd’hui sénateur, etc.- qu’on ne peut pas dribbler», a avoué Vital Kamerhe. Et d’ajouter: «le Professeur Bahati est multimodal car, avoir toutes ces capacités pour un seul homme tout en maîtrisant la politique, il y a de quoi». Le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat a également loué la collaboration des deux professeurs qui passent premièrement par leurs noms, les deux signifiant, chance.

Une encyclopédie du commerce international

Le Professeur, économiste, chercheur et auteur de plusieurs publications de haute facture, Emile Ngoy Kasongo qui a fait l’économie de ce livre, a complété que ce nouvel ouvrage vient à point nommé pour définir la place de la RD-Congo dans le commerce international. «Cette publication est d’actualité d’autant plus qu’il aborde une question très pertinente de l’économie internationale contemporaine», a indiqué cet ancien DG de l’OGEFREM, estimant que, dans cet ouvrage, les auteurs font un effort didactique énorme de pouvoir expliquer, de donner toutes leurs connaissances sur les techniques du commerce international notamment les opérations liées à l’import et export qui sont denses mais parfois assez complexes. Mais les auteurs les ont présentées de manière extrêmement abordable. Pour lui, les recommandations faites par les auteurs participent à une interpellation pour que les décideurs comprennent que le commerce c’est l’enjeu du développement demain. Pour le modérateur, Michel Museme Diawe, journaliste et éditeur, l’ouvrage «Le commerce international dans une économie globale. Défis, enjeux et perspectives pour la République démocratique du Congo» est un vrai manuel didactique, une encyclopédie du commerce international. Le livre vient, a-t-il précisé, répondre à la question fondamentale à savoir: ‘’Comment faire du commerce international sans peur d’être englouti?’’. 

Christian BUTSILA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom