100 millionnaires à créer via le FPI: Julien Paluku y croit

0

Conformément à la détermination du Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo de créer une nouvelle classe moyenne d’entrepreneurs RD-congolais à l’horizon 2030, le ministre de l’Industrie, Julien Paluku, a annoncé la création de 100 millionnaires via le Fonds de promotion de l’industrie -FPI. Pour ce faire, à la faveur d’un échange avec la presse jeudi 17 octobre à Kinshasa, le ministre de l’Industrie a rendu publiques huit mesures relatives au financement des PME et PMI. «En raison de leur caractère promotionnel, les financements du Fonds de promotion de l’industrie destinés à l’investissement seront désormais accordés à un taux d’intérêt maximum de 6% pour toutes les entreprises; spécifiquement à 4% pour les projets d’entreprises des jeunes et des femmes entrepreneurs», a annoncé le ministre de l’Industrie. S’agissant de la garantie, Julien Paluku a renseigné que le Président de la République Tshisekedi est en négociation avec la Banque africaine de développement -BAD- pour lever les fonds en vue de constituer un Fonds de garantie à l’effet de faciliter l’accès des PME aux crédits du secteur bancaire. «Le Portefeuille du FPI est caractérisé par une immobilisation importante des ressources -plus de 150 millions d’USD d’impayés- qui empêche le recyclage de ce volume des ressources pour financer le développement industriel du pays. Cet argent doit être recouvré», a souligné le ministre Paluku. Il a exhorté le FPI à privilégier une approche de règlement à l’amiable et de restructuration des sociétés en difficultés. «Si toutefois, cette approche s’avérait improductive, le FPI n’aura pas d’autre choix que de recourir au recouvrement forcé», a-t-il renchéri. A cette occasion, Julien Paluku a invité les opérateurs économiques bénéficiaires des financements du FPI à se mettre en règle car, a-t-il poursuivi, il s’agit  d’un devoir citoyen. Parmi ces mesures, figure aussi celle liée au recouvrent de la TPI. Pour le ministre de l’Industrie, les ressources de la Taxe de promotion de l’industrie -TPI- sont issues d’une parafiscalité supportée in fine par la population. Raison pour laquelle, a l’en croire, il faut que ces ressources servent à créer des emplois, des revenus ainsi que de favoriser l’accroissement de la fiscalité intérieure. «Sur instruction du Chef de l’État, le FPI doit privilégier les projets émanant du secteur privé et/ou public avec des incidences socio-économiques certaines. Il ne doit s’agir en aucun cas des crédits de caractère politique. Toute interférence politique de nature à dévier les interventions du FPI de son mandat tel que décliné dans le Décret nº09/64 du 03 décembre 2009 fixant les statuts d’un établissement public dénommé Fonds de promotion de l’industrie, est proscrite», a averti le ministre Julien Paluku. Conformément à ce mandat, Julien Paluku a indiqué qu’une attention particulière sera aussi accordée aux infrastructures structurales afin de créer les conditions de pré-viabilisation et de viabilisation à même de favoriser un développement industriel inclusif. Peu avant de clore son propos, le ministre de l’Industrie a appelé toutes les entreprises assujetties à la TPI, quel que soit leur secteur d’appartenance, à s’acquitter de cette taxe.

Olitho KAHUNGU

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom