Se sentant oubliés par Fatshi, les artistes RD-congolais veulent faire entendre leurs voix

0

Depuis la présentation du «Programme d’urgence» pour les 100 premiers jours du pouvoir du Président de la République, Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi, le 2 mars dernier, les opérateurs du secteur culturel RD-congolais ont du mal à se calmer. Ces derniers estiment que le secteur culturel «est oublié par le Président Fatshi». Pourtant, selon eux, la culture peut contribuer au redressement de l’économie RD-congolaise, car il s’agit d’un secteur aussi générateur des recettes s’il est bien encadré. Après avoir déposé leur mémorandum, dernièrement, à la Présidence de la République exigeant de voir un culturel à la tête du ministère de la Culture et arts et non ceux qu’ils qualifient des «stagiaires», le Collectif des artistes et culturels -CAC- annonce une marche de protestation ce 20 mars 2019 qui partira de la Place Royal à Gombe à la Cité de l’Union africaine, cabinet du Président Félix Tshisekedi pour faire entendre leurs voix et surtout manifester leur mécontentement de voir leur secteur qui risquerait de demeurer dans les oubliettes comme cela toujours été le cas en RD-Congo. Les producteurs, éditeurs, écrivains, musiciens, cinéastes, comédiens, dramaturges… plasticiens, photographes, stylistes se donnent alors rendez-vous pour rappeler aux autorités RD-congolaises la place qu’occupe la culture dans le développement d’un pays.  

A en croire Xavier Ntete, médiateur culturel, que nous avons rencontré dans les rues de Kinshasa, cette activité est une réponse au mémorandum du CAC adressé il y a quelques semaines au Président de la République. Selon lui, la culture ne doit toujours pas avoir un visage d’un parent pauvre en RD-Congo. «Quelle est la part du budget national allouée au secteur de la culture?», s’interroge Xavier Ntete.

Pendant ce temps, d’aucuns estiment que les acteurs culturels doivent encore garder leur calme. «Le programme contenant tous les secteurs, y compris la culture, sera présenté par le gouvernement qui fera son entrée très bientôt…», a fait savoir un des proches du cabinet de la présidence de la République.

Les grands axes prioritaires pour les 100 jours

Ce programme d’urgence porte sur les domaines de la sécurité, comme l’avais le Président Tshisekedi. Il a été rendu public afin que la population se l’attribue et en fasse le suivi. Ces secteurs sont entre autres, la route, santé, l’éducation, l’habitat, l’énergie, l’emploi, le transport, l’agriculture, l’élevage et pêche. Une série de travaux d’intérêt général, financer par le gouvernement, qui permettra de démontrer qu’avec la volonté de l’actuelle équipe dirigeante, sous le leadership de Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi, pourrait faire durant ces cinq années.

Soulignons en outre que ce plan a été réalisé avec la participation des services publics tels que Fonds d’entretient routier -FONER-, Fonds de promotion de l’industrie -FPI-, Office des routes -OR-, Office des voiries et drainages -OVD-, Société nationale d’électricité -SNEL-, REGIDESO, ainsi qu’avec les ministères des finances, du budget et de la Banque centrale du Congo -BCC.

Patrick NZAZI

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom