Victime d’un braquage électoral, André Ipakala dénonce et veut être rétabli dans ses droits

0

André Ipakala Abeiye Mobiko est révolté. D’un ton ferme, l’éditeur du journal «La Référence Plus» dénonce et condamne le braquage électoral, dont il est victime. Candidat député national à Bafwasende, dans la province de la Tshopo, Ipakala a réalisé le meilleur score de sa circonscription électorale avec à son actif 9.976 voix, comme l’atteste la fiche des résultats de la CENI en illustration. Bafwasende étant une circonscription à un siège, Ipakala devrait être proclamé élu au regard de l’article 118 alinéa 5 de la loi électorale. Cette disposition stipule: «Dans les circonscriptions comptant un siège à pourvoir, le vote a lieu au scrutin majoritaire simple. Le candidat qui obtient le plus grand nombre de voix est proclamé élu». Voici que la Commission électorale nationale indépendante -CENI- a semblé ignorer cette disposition légale en proclamant un autre candidat vainqueur à Bafwasende, en l’occurrence l’ACO Cyprien Heri Baraka. Ce dernier, selon la fiche des résultats produite par la CENI, a obtenu 5.890 voix contre 9.976 pour André Ipakala. A l’instant, l’affaire est pendante à la Cour constitutionnelle, juge électoral. Considéré comme le juge de l’exactitude, la Cour constitutionnelle a sur sa table la fiche produite par la CENI qui offre malencontreusement la victoire à un candidat autre que celui qui a réalisé le meilleur score dans une circonscription à un siège. L’on appelle la Cour à corriger cette erreur et à rétablir Ipakala dans ses droits, en ce moment où les tons se lèvent de plus en plus pour dénoncer la fraude électorale, susceptible de porter atteinte au processus électoral.  A Bafwasende, la population attend impatiemment voir André Ipakala récupérer son siège, car ils l’ont massivement voté en guise de récompense à ses multiples actions réalisées en sa faveur à travers la fondation portant son nom. «Papa Ipakala est un acteur de développement ici à Bafwasende. Il œuvre pour le développement de notre territoire avec plusieurs initiatives de développement communautaire. Nous le voulons à l’Assemblée nationale pour défendre les intérêts de Bafwasende et continuer son œuvre de développement», déclarent certains habitants de ce territoire de la Tshopo.

Laurent OMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom