Rêve d’un ticket Fatshi-Fayulu

0
50

Malgré la célérité avec laquelle avance le train des élections, Claudel André Lubaya rêve et croit encore à un ticket Fayulu-Fatshi à la présidentielle du 23 décembre 2018. Il espère voir l’un de ces deux leaders s’effacer au profit de l’autre comme Vital Kamerhe vient de le faire en faveur de Félix Tshisekedi à la suite de l’accord conclu entre l’UDPS et l’UNC à Nairobi. De l’avis de Claudel André Lubaya, battre le FCC à la prochaine présidentielle passe impérativement par l’unité de l’Opposition. Ainsi, il a préconisé: «un accord de Kinshasa pour consolider l’unité de l’Opposition, seule voie pour anéantir le projet funeste du FCC et ouvrir une nouvelle perspective à notre peuple».

 

Coordonnateur de la plateforme politique Alliance du mouvement Kongo -AMK- et président de l’UDA-Originelle, Claudel André Lubaya croit encore à un ticket unique de l’Opposition à la Présidentielle du 23 décembre 2018. «C’est encore possible», a-t-il posté sur son compte Facebook et sur Twitter à la suite de l’annonce de la création de la coalition «Cap pour le changement» issue de l’accord conclu à Nairobi entre l’UDPS Félix Tshisekedi et l’UNC Vital Kamerhe. Ces derniers ont été sous les feux des projecteurs en retirant, en l’espace de 24 heures, leurs signatures de l’Accord de Genève ayant fait de Martin Fayulu candidat commun de l’Opposition et donné naissance à la coalition «Lamuka».
Le tandem UNC-UDPS a présenté Félix Tshisekedi comme candidat à la présidentielle. Le démon de la désunion qu’on voulait exorciser a été plus fort que l’eau bénite utilisée à cet effet. Conséquence: deux leaders de l’Opposition vont s’affronter et les voix vont se disperser. Cela va à coup sûr profiter au candidat Front commun pour le Congo -FCC-, Emmanuel Ramazani Shadary. Craignant ce scénario, Lubaya, qui rêve d’un ticket Fayulu-Fatshi, a chargé ces deux ténors d’une «responsabilité historique de s’accorder pour faire aboutir la lutte pour l’alternance démocratique qui a coûté la vie à plusieurs compatriotes».
Dans sa démarche de les rapprocher sinon les réconcilier, Lubaya a épinglé différents points communs entre le leader de la faille aînée de l’Opposition et le chef de file de la Dynamique de l’Opposition. «Alliés naturels issus d’une même plateforme -Rassop-, se réclamant d’un même héritage politique -E. Tshisekedi- et frères en Christ partageant la même foi et les mêmes valeurs chrétiennes au sein d’une même église -Philadelphie-, Fatshi et Fayulu ont tout en commun», a-t-il estimé non sans en appeler à «leur sens d’humanité et au sursaut patriotique pour sauver le Congo».
De l’avis de Claudel André Lubaya, battre le FCC à la prochaine présidentielle passe impérativement par l’unité de l’Opposition. Ainsi, il a préconisé: «un accord de Kinshasa pour consolider l’unité de l’Opposition, seule voie pour anéantir le projet funeste du FCC et ouvrir une nouvelle perspective à notre peuple». Claudel André Lubaya a donné de la voix. Sera-t-il entendu? Une question qui en vaut toute la peine à moins de 30 jours des élections quand on sait que les Opposants aiment bien tirer les discussions en longueur.
En attendant de voir le rêve de Lubaya se réaliser, Félix Tshisekedi, porté par Vital Kamerhe son directeur de campagne et futur Premier ministre en cas de victoire, est déjà sur le ring pour affronter, outre Emmanuel Ramazani Shadary du FCC, l’autre candidat commun de l’Opposition, Martin Fayulu, soutenu par Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Freddy Matungulu et Adolphe Muzito.
Sur ce ring, l’on va retrouver également d’autres poids lourds de la scène politique RD-congolaise comme Samy Badibanga, Tryphon Kin-Kiey Mulumba, etc.
Loin du jeu politique qui se joue dans le camp des 7 leaders de l’Opposition, Tryphon Kin-kiey Mulumba a validé l’idée de Claudel André Lubaya via Twitter. Militant pour la recréation de la cohésion nationale perdue, Kin-kiey a reconnu en Lubaya une «puissance d’analyse qui le met souvent au-dessus de la mêlée».

Laurent OMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom