Mugalu: «le choix de Shadary est une manifestation de la grâce de Dieu»

0
502

«Je ne suis pas candidat pour me positionner, je suis candidat pour le renouvellement de l’espace politique au Parlement afin que les lois de notre pays soient inféodées à la parole de Dieu. Donc, étant candidat à la députation nationale, je voudrais grossir le nombre de croyants au Parlement afin que nous puissions imposer une Constitution laïque avec Dieu», a indiqué le pasteur Theodore Mugalu. Candidat aux élections législatives nationales dans la circonscription de Kongolo dans la province de Tanganyika, le Chef de la maison civile du Chef de l’Etat est lui aussi au front non seulement pour battre sa campagne auprès de son électorat de Kongolo, mais également pour vendre l’image de son candidat du Front commun pour le Congo, Emmanuel Ramazani Shadary, en vue de son élection à la présidence de la République. Reçu, mercredi 5 décembre sur le plateau de Télé 50, le pasteur Theodore Mugalu a démontré le caractère divin que revêt la candidature du dauphin du Président Joseph Kabila. Au cours de cette émission, il a plaidé en faveur de l’élection de Shadary, ce candidat qui a bénéficié de la confiance de l’envoyé de Dieu, Joseph Kabila, pour concrétiser le plan divin de la RD-Congo. «L’envoyé de Dieu qui a gouverné le Congo pendant plus de 15 ans s’appelle Joseph Kabila; et le choix qu’il a porté sur Shadary est une manifestation de la grâce de Dieu. Donc, le candidat Président du FCC va gagner l’élection présidentielle», a rassuré Theodore Mugalu.

 

Le candidat à la députation nationale dans la circonscription de Kongolo au Tanganyika, le pasteur Théodore Mugalu, a été, mercredi 05 décembre, l’invité spécial de Grand Plateau, une émission diffusée sur Télé 50. Au cours de cette tribune, le Chef de la maison civile du Chef de l’Etat Joseph Kabila a sensibilisé en faveur de l’élection du candidat Président du Front commun pour le Congo. Démontrant le caractère divin de la candidature de Shadary, il a souligné que la victoire est du camp du FCC dans la mesure où ce regroupement politique a eu le privilège d’aligner un candidat choisi par l’envoyé de Dieu, Joseph Kabila, qui a gouverné la RD-Congo pendant plus de 15 ans.

«Quand vous êtes choisis par un envoyé de Dieu et que vous êtes fidèles, vous respectez les paroles de l’envoyé de Dieu, vous devez nécessairement arriver à la victoire. Ceux qui sont distraits pensent qu’il n’y a pas d’envoyés de Dieu dans une démocratie, et pourtant on dit bien que la voix du peuple c’est la voix de Dieu. La réalité est que le pouvoir est donné par Dieu», s’est argumenté le pasteur Mugalu. Et d’ajouter: «Dieu dit que toutes les institutions qui existent sont un don de Dieu. En donnant ces institutions, Dieu donne aussi ses animateurs. C’est le secret auquel sont parvenus les Etats unis d’Amérique lorsqu’ils ont cru qu’il y a un envoyé de Dieu. Mais il y a aussi des envoyés de diable à la tête des pays. La démocratie sans l’envoyé de Dieu nous conduit au nazisme. Le cas d’Adolf Hitler qui était un démocrate élu régulièrement mais puisqu’il n’était pas un envoyé de Dieu, il était attaché à l’enfer et il a produit l’enfer dans le monde».

 

Les caractéristiques d’un envoyé de Dieu

Selon le pasteur Mugalu, un envoyé de Dieu n’a pas d’injures à la bouche, il n’a pas l’amertume dans son cœur, il doit refléter les fruits du Saint Esprit. Ainsi, a-t-il renchéri, un candidat envoyé par Dieu doit refléter les signes de Dieu. Aussi, un envoyé de Dieu doit subir la circoncision du cœur pour qu’il ne puisse plus développer de la haine, proférer des injures.

A l’en croire, le candidat du FCC est touché par la grâce de Dieu, du fait qu’il soit choisi par le 4ème Président de la République prophétisé par Simon Kimbangu en 1944. Il y a eu des signes qui ne trompent pas, selon Theodore Mugalu: «une maman qui était en prison avec Simon Kimbangu à Lubumbashi, brûlait d’envie de rencontrer le 4ème Président qui venait de prendre le pouvoir. Le 17 mai 2001, Joseph Kabila est allé adoré, en tant que Président de la République, à l’église kimbanguiste. A son arrivée, cette maman lui a serré la main et elle est décédée le 18 mai 2001. C’est très significatif et je voudrais vous dire ici qu’il existe un plan divin pour le Congo».

Theodore Mugalu a invité les RD-congolais à élire Emmanuel Ramazani Shadary, pour faire la volonté de Dieu. «Emmanuel Shadari n’a pas encore travaillé, il est en campagne électorale. Déjà, dans cette campagne électorale, dans son discours par exemple à Kalemie, il est tellement imprégné de l’esprit de Dieu qu’il dit aux électeurs de ne pas avoir l’esprit de vengeance, de ne pas insulter les autres. En tant que candidat, il revêt les fruits du Saint esprit», a-t-il fait savoir. Cependant, le Chef de la maison civile du Chef de l’Etat a averti: «l’envoyé de Dieu dans le domaine politique ne fera pas la magie. Il devait avoir le plan de développement du pays, le plan pour sortir le pays de tous ses problèmes. C’est pourquoi il y a le projet de société de l’envoyé de Dieu avec le programme d’action. Ensuite, il faut avoir des collaborateurs qui soient fidèles».

 

Laurent Désiré Kabila était aussi un envoyé de Dieu

Le pasteur Mugalu a aussi parlé de la croissance de la vie politique de la RD-Congo qui, selon lui, a commencé par l’indépendance qui est une révolution restaurée par Laurent Désiré Kabila à travers la révolution pardon. «De là, on est passé à la révolution de la modernité des infrastructures. De la révolution de la modernité, le Président Kabila regrette de n’avoir pas transformé la mentalité des Congolais. Mais ce n’est pas son travail», a-t-il renseigné.

De son avis, Laurent Désiré Kabila était un envoyé de Dieu. «Les Congolais avaient prié pour que Dieu envoie un autre Président de la République, et Dieu a répondu. Ce Président est venu avec la révolution pardon, mais il a été assassiné par les gens vers lesquels il était envoyé», a regretté Theodore Mugalu. Pour lui, les RD-congolais sont distraits; au lieu d’écouter, de méditer et d’exécuter les directives de celui qui est allé pour développer la RD-Congo, ils sont en train de se livrer à autre chose. Il a évoqué l’exemple des Etats unis d’Amérique, ce pays qui a connu aussi un envoyé de Dieu comme Georges Washinton, et qui a accepté d’être gouverné par la bible et où les gens prêtent serment sur la bible.

Theodore Mugalu a déploré le fait qu’en RD-Congo, le peuple refuse Dieu. Alors qu’il est bien dit dans Osée 8,4: «ceux qui établissent des lois sans moi, ceux qui se choisissent des chefs sans se référer à moi, seront retranchés et attirent sur eux la colère de Dieu».

 

Mugalu et sa mission au Parlement

Fondateur de la Fédération nationale des agriculteurs qui a le siège à Kongolo et qui accorde des micro-crédits aux paysans et aux mamans qui vendent au marché, le pasteur Theodore Mugalu est candidat député national dans la circonscription de Kongolo au Tanganyika. Il a dit vouloir représenter au Parlement la population de cette partie du pays où ses activités sociales sont beaucoup plus développées. Par ailleurs, une fois élu, l’ancien ambassadeur de la RD-Congo en Tanzanie entend contribuer au renouvellement de l’espace politique au Parlement afin que les lois du pays soient inféodées à la parole de Dieu.

«Nous avons une Constitution qui ne reconnait pas Dieu. Il faut renouveler l’espace politique, avec la majorité des enfants de Dieu qui vont imposer la bible au-dessus de la Constitution. Donc, étant candidat à la députation nationale, je voudrais grossir le nombre de croyants au Parlement afin que nous puissions imposer une Constitution laïque avec Dieu. La présente constitution a déjà été brûlée par les Accord de la Saint Sylvestre et on y a introduit des dispositions qui sont contraires à la Constitution. Maintenant, nous allons formaliser la Constitution, lorsque nous serons majoritaires au Parlement», a promis le pasteur Mugalu.

Il préconise aussi le changement de mentalité politique, ainsi que le changement de la procédure politique pour accéder au pouvoir. «Il faut que les cœurs des leaders soient attachés à Dieu. Nous voulons qu’il y ait non seulement le changement de mentalité politique mais aussi le changement de mentalité humaine. Il faut éduquer le peuple à partir des lois», a-t-il conclu.

Olitho KAHUNGU

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom