Mabunda veut un gouvernement avant le 15 juin

0

Sylvestre Ilunga Ilunkamba, Premier ministre nouvellement nommé par le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, est invité à mettre son gouvernement en place avant le 15 juin, date de la clôture de la session ordinaire de mars, en vue d’obtenir l’approbation de l’Assemblée nationale. Telle est la recommandation formulée par la présidente de la Chambre basse du Parlement, Jeanine Mabunda, lors de la séance plénière du vendredi 7 juin dernier. «C’est seulement de cette manière qu’on pourra se mettre à répondre aux attentes de notre population», a souligné Jeanine Mabunda.

Au sujet du débat suscité par la motion incidentielle du député Léon Mondole sur les deux Ordonnances du Président de la République nommant les animateurs de la Société nationale des chemins de fer du Congo -SNCC- et de la Générale des carrières et des mines -GECAMINES -, la speaker de la Chambre basse Jeanine Mabunda a été très précise dans sa conclusion: «L’institution Président de la République n’a rien avoir dans les débats à l’Assemblée nationale». A toute la classe politique confondue, elle a formulé une recommandation, celle de respecter les lois et la Constitution de la République et d’accélérer le rythme de mise en place des institutions.Jeanine Mabunda a rappelé que la session ordinaire de mars 2019 se clôture le 15 juin prochain. Pour ce faire, elle a invité le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, nommé depuis le 20 mai 2019, à mettre en place son programme du gouvernement en vue d’obtenir l’approbation de l’Assemblée nationale. A bien comprendre la speaker de la Chambre basse du Parlement RD-congolais, c’est en étant investi par les députés que le gouvernement Ilunga pourra se mettre véritablement au service de la population qui attend de lui des solutions aux multiple problèmes auxquels elle est confrontée. Après avoir suivi avec attention toutes les interventions sur le débat portant sur les deux dernières Ordonnances du Chef de l’Etat, la présidente de l’Assemblée nationale a compris que tous les députés ont insisté sur le respect des lois et de la Constitution de la République. Elle a aussi martelé sur le fait que le débat ne portait pas sur le Président de la République parce qu’il n’a rien avoir devant les députés, et ce, conformément aux prescrits de la Constitution de la République. Voilà pourquoi, elle a invité les ministres sectoriels, à savoir: le ministre des Transports et voies de communication, le ministre de Mines et celui du Portefeuille au respect des textes et des lois de la République.

Dorian KISIMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom