Mabunda et les députés du Maniema pour une paix durable

0

L’insécurité. Encore l’insécurité dans l’Est du territoire national. Cette situation qui bat son plein dans certains territoires de la province du Maniema a été au centre des échanges que la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, a eus, vendredi 10 janvier 2020, avec les députés de cette partie de la RD-Congo. Cette rencontre a permis aux deux parties de travailler pour que la paix revienne le plus rapidement possible dans les territoires de Kabambare, Lubutu, Kasongo et en proie à l’insécurité et sur l’ensemble de cette province.

A l’issue de cette rencontre qui a permis aux deux parties d’étudier à fond cette question qui dérange terriblement les populations de ce coin du pays, Didier Manara, président du caucus des députés nationaux du Maniema, a répondu à quelques questions de la presse. «Les territoires de Lubutu, Kabambare, Kasongo et la ville de Kindu connaissent une insécurité criante. Voilà pourquoi les députés de la province du Maniema ont préféré rencontrer la présidente de l’Assemblée nationale non seulement pour lui faire part de cette situation mais pour essayer de trouver des solutions qui puissent soulager la population», a souligné le député Didier Manara. A la question de savoir la position ou la réaction de la speaker de la Chambre basse du Parlement RD-congolais, le président du caucus des députés nationaux du Maniema a répondu en ces termes: «La présidente de l’Assemblée nationale a été très réceptive par rapport à cette situation. Elle a promis de suivre de prêt et de nous accompagner dans la recherche des solutions. Mabunda a promis d’inviter le gouvernement de la République à tout mettre en œuvre pour que ces territoires ainsi que l’ensemble de la province du Maniema retrouvent la paix». Et le député de poursuivre: «nous allons secouer le gouvernement pour que tout soit mis en œuvre afin que les populations des territoires de Kasongo, Lubutu et Kabambare ainsi que celles de la ville de Kindu vivent en toute quiétude». 

Dorian KISIMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom