Lutte contre la corruption: voici la recette Lokondo

0

Revoici Henri-Thomas Lokondo au grand débat parlementaire. Après la proposition de loi ayant produit le Conseil économique et social -CES-, l’élu de Mbandaka ne croise pas les bras. Ses idées ne tarissent pas. Au contraire, avec une tête bien faite, l’ancien sénateur revient à la charge avec une autre proposition de loi portant création, organisation et fonctionnement de l’Agence nationale de lutte contre la corruption. Joint au téléphone pour nous parler de ce texte de loi d’intérêt national, le député Henri-Thomas Lokondo a estimé que la primeur revient à la plénière étant donné que la copie de la proposition de loi se trouve déjà au bureau de l’Assemblée nationale. «J’ai déjà déposé mon texte au bureau de notre Chambre. C’est à lui de le programmer pour qu’il soit débattu en plénière. C’est en ce moment que vous connaîtrez son contenu. Mais retenez simplement que c’est une loi qui va contribuer énormément à la lutte contre le coulage des recettes dans notre pays. Pour ton information, le texte a été retenu par la plénière parmi les matières à traiter pendant cette session ordinaire de septembre», a souligné Henri-Thomas Lokondo. «Une fois le texte adopté au Parlement et promulgué par le Chef de l’Etat, l’Agence nationale de lutte contre la corruption, sans empiéter sur les missions naturelles de la justice, va permettre une action plus rapide et plus efficace contre ce fléau. Ce faisant, elle va appuyer les Cours et Tribunaux en participant de manière très significative à la recherche des délits de corruption et aux infractions assimilées», a difficilement lâché l’élu de Mbandaka parce que dérangé par «AfricaNews». Cette structure est d’une importance capitale dans un pays comme la RD-Congo. Elle sera  chargée d’identifier les causes structurelles de la corruption et les incriminations qui lui sont connexes, et de proposer toutes réformes législatives, règlementaires ou administratives de nature à promouvoir une bonne gouvernance, y compris en matière de transaction internationale. «L’Agence aura aussi pour mission d’informer les institutions de l’Etat ainsi que l’opinion publique sur les dossiers de corruption active et passive dont elle a connaissance en vue des mesures appropriées», a renchéri l’ancien sénateur Lokondo. Et lui d’ajouter: «il est évident que cette agence participe à l’œuvre globale de développement économique et social intégral de la République démocratique du Congo surtout qu’elle va recueillir les plaintes émanant des particuliers relatives à des faits de corruption». A la question de savoir si cette sera indépendante par rapport à ses missions régaliennes, l’élu de Mbandaka s’est empressé à dire clairement un grand oui. «Cette agence est autonome par rapport aux pouvoirs publics, ce qui garantira sa totale indépendance», a martelé Henri-Thomas Lokondo. Une fois le texte mettant en place cette agence adopté et promulgué, la RD-Congo pourra souffler dans la génération des recettes de l’Etat.Dorian KISIMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom