L’ONU appelle à l’apaisement durant la période de campagne électorale

0
18

La campagne électorale a débuté depuis jeudi 22 novembre sur toute l’étendue de la RD-Congo, en prélude des élections du 23 décembre 2018. A cette occasion, le Conseil de sécurité des Nations unies a appelé à l’apaisement. Dans une déclaration faite à la presse, le même jeudi, les membres de cet organe ont exhorté toutes les parties prenantes, notamment le gouvernement et l’Opposition, à s’engager de manière pacifique et constructive dans ce processus électoral, afin de garantir la transparence, la paix et sa crédibilité non seulement en RD-Congo mais également dans la région. Par ailleurs, le Conseil de sécurité reste convaincu que les élections du 23 décembre, en tant qu’expression de la souveraineté du peuple et du gouvernement RD-congolais, constituent une occasion historique de procéder au premier transfert démocratique et pacifique du pouvoir dans le pays, de consolider la stabilité et de créer des conditions de développement du pays.

 

C’est parti pour 30 jours de campagne électorale en RD-Congo. Du 22 novembre au 22 décembre 2018, les candidats Président de la République, députés nationaux et provinciaux vont chacun chercher à convaincre son électorat à travers les différentes circonscriptions électorales. Entretemps, le Conseil de sécurité des Nations unies a, jeudi 22 novembre 2018, appelé à l’apaisement. Dans une déclaration faite à la presse, les membres de cet organe ont exhorté toutes les parties prenantes, notamment le gouvernement et l’Opposition, à s’engager de manière pacifique et constructive dans ce processus électoral, afin de garantir la transparence, la paix et sa crédibilité non seulement en RD-Congo mais aussi dans la région. Par ailleurs, le Conseil de sécurité reste convaincu que les élections du 23 décembre, en tant qu’expression de la souveraineté du peuple et du gouvernement RD-congolais, constituent une occasion historique de procéder au premier transfert démocratique et pacifique du pouvoir dans le pays, de consolider la stabilité et de créer des conditions de développement du pays. Puis, il se félicite des progrès réalisés dans les préparatifs techniques des élections et des efforts déployés par le gouvernement RD-congolais pour financer ces élections. Le Conseil de sécurité de l’ONU a aussi salué la décision du gouvernement RD-congolais d’inviter des missions d’observateurs internationaux, notamment de l’Union africaine et de la Communauté de développement de l’Afrique australe -SADC. Néanmoins, il a souhaité l’envoi d’invitations supplémentaires à d’autres observateurs.

Au cours de leur réunion, les membres du Conseil se sont également dits préoccupés par le déficit de confiance et les divergences qui subsistent entre acteurs politiques RD-congolais. Ils ont invité ces derniers et la Commission électorale nationale indépendante -CENI- à travailler ensemble pour résoudre les questions d’intérêt commun dans les meilleurs délais, afin d’instaurer la confiance et de trouver un large consensus possible sur l’organisation technique des élections ainsi que sur les questions ayant trait aux machines à voter et à la liste des électeurs.

«La Constitution RD-congolaise, l’Accord de la Saint-Sylvestre et le calendrier électoral constituent la seule issue face à la situation politique actuelle. La mise en œuvre effective, rapide et sincère de cet accord ainsi que de toutes les mesures de décrispation: la libération davantage de l’espace politique en RD-Congo, la libération des membres de l’Opposition et de la Société civile encore détenus, le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales comme la liberté d’opinion et d’expression, la liberté de la presse et le droit de manifestation pacifique sont essentiels pour des élections pacifiques et crédibles le 23 décembre, pour une passation du pouvoir par des voies démocratiques et pour la paix et la stabilité en RD-Congo», ont-ils fait savoir à la presse.

En outre, ces 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont également rappelé la nécessité de sécuriser les candidats et les électeurs pendant la période de campagne. Ils ont exhorté toutes les parties à continuer de rejeter la violence sous toutes ses formes, à exercer le maximum de retenue face aux provocations et aux discours violents et à résoudre leurs divergences de manière pacifique. Enfin, le Conseil de sécurité de l’ONU a réitéré son appel aux groupes armés, qui sévissent particulièrement dans l’Est du pays, à déposer leurs armes. Débutée le jeudi 22 novembre, la campagne électorale pour les élections de décembre prendra fin le 22 décembre 2018, soit un jour avant les scrutins.

Olitho KAHUNGU

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom