Les incohérences de Trump

1

Les Etats-Unis d’Amérique ont pris le week-end dernier des sanctions contre certaines personnalités de la République. Il s’agit du président de la Commission électorale nationale indépendante -CENI-, Corneille Nangaa,  de son vice-président, Norbert Basengezi, de son conseiller Mukolo Basengezi,  du président de la Cour constitutionnel, Lwamba et de  l’ancien président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku. Selon le Département d’Etat américain, ces personnes sont impliquées dans la corruption ou dans une violation des Droits de l’homme ou encore dans les faits portant atteinte au processus démocratique.

Ce qui étonne plus d’un RD-Congolais est le fait que le même gouvernement américain qui a salué l’alternance intervenue en RD-Congo  prenne encore de telles sanctions contre ceux qui œuvrent pour que le monde entier et plus particulièrement les RD-Congolais se réjouissent des résultats des élections du 30 décembre 2018. Tout en saluant et félicitant le nouveau Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, les USA se sont dits prêts à travailler avec l’administration de l’actuel Chef de l’Etat. Les Etats-Unis s’en prennent aux véritables acteurs de changement du régime intervenu en RD-Congo avec le satisfecit des Américains, des Européens, des Chinois, des Russes, des Japonais et de tous les Africains, bref du monde entier. Une première depuis que le pays de Lumumba est devenu indépendant. Voilà qui pousse les plus avertis à constater des incohérences dans les actes posés par le gouvernement américain, lui qui salue l’alternance intervenue en RD-Congo et, au même moment, sanctionne les acteurs majeurs de ce changement qu’il loue aujourd’hui. Comment peut-on savourer la victoire et cracher sur les organisateurs de la compétition? Voilà la question qui taraude les esprits des nombreux RD-Congolais qui estiment que ces sanctions ne se justifient pas dans la mesure où les élections du 30 décembre 2018 ont permis au pays de vivre une alternance tant attendue depuis 1960 que la RD-Congo a accédé à la souveraineté nationale et internationale.

Dorian KISIMBA

1 COMMENTAIRE

  1. C’est facile à comprendre: le but est de flatter le nouveau président afin qu’il tombe dans leur piège. Les prédateurs ne sont jamais des amis , il faut éviter d’être leur victime. Les Etats Unis s’intéressent moins aux congolais qu’à leurs richesses, d’où cette incohérence.

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom