Le ras-le-bol des Communautés de l’Espace katangais face à l’acharnement de l’ONG ACAJ sur Albert Yuma

0

L’Affaire 200 millions opposant la Gécamines à Ventora tend à prendre une tournure communautaire. Promptes à faire bloc lorsqu’il s’agit des intérêts de leur patelin commun, les communautés de l’Espace katangais ont exprimé vendredi leur ras-le-bol face à l’acharnement contre leur frère Albert Yuma.

À la faveur d’une déclaration signée par des députés, sénateurs et autres notables originaires du Grand Katanga, ces communautés dénoncent des mensonges et des fausses allégations contre Yuma après avoir confronté les communiqués de presse de l’ONG ACAJ aux faits caractérisés par l’existence d’un term loan agreement entre la Gécamines et la société Mumi Holdings pour un montant de 200 millions d’euros, la lettre du ministre des Finances datée du 24 janvier 2018 portant compensation des avances faites au Trésor public par la Gécamines, la mise en demeure faite par Mumi Fleurette puis Ventora, la condamnation de la Gécamines par la Justice, son refus répété de l’opérateur public des mines de payer Ventora à cause des sanctions américaines, l’appel de la GCM contre le jugement du Tribunal de commerce de Lubumbashi pour mal jugé et l’instruction en cours au Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe.

Rappelant que leur sagesse et leur silence face toutes les attaques contre Yuma basées sur des contre-vérités ne constituent pas une faiblesse, les communautés de l’Espace katangais ont menacé d’aller en Justice contre quiconque violerait les droits de leurs enfants.

Elles ont aussi mis en garde contre des traitements sélectifs des dossiers judiciaires par les ONG de défense des droits de l’homme et « toute personne qui cherche à s’en prendre à son digne fils Albert Yuma à travers des fausses et mensongères accusations sachant qu’il s’est dévoué pour la transformation de la Gécamines », rappelant « le rôle qu’il a joué dans l’élaboration du Code minier » aux côtés de l’ancien Président de la République Joseph Kabila et des parlementaires.

Certains dignitaires ont confié que des actions de rue pourraient être envisagées partout dans le Grand Katanga si cette campagne de sape contre Yuma n’était pas stoppée.

Ci-après, la Déclaration des communautés de l’Espace katangais.

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom