Pressenti chef de l’Opposition institutionnelle: d’un Katumbi à l’autre

0

On connaissait déjà un Moise Katumbi gouverneur de l’ex-Katanga, puis opposant farouche à Joseph Kabila, capable de bousculer le régime, loin du pays, depuis son exil, en recourant à son carnet d’adresses trop fourni. Mais pour sa première sortie médiatique postélectorale, intervenue lundi 6 mai 2019 sur RFI et France 24, on a découvert un autre Moïse Katumbi, celui qui a laissé transparaitre l’image d’un nouvel homme, davantage assagi après la traversée du désert et l’exil forcé. Le coordonnateur de la plateforme Lamuka a annoncé son retour au pays le 20 mai par avion à Lubumbashi, trois ans après l’avoir quitté en 2016. «Moise Katumbi va rester dans l’Opposition, mais une opposition républicaine», a déclaré le leader d’Ensemble pour le changement.

Moïse Katumbi sur RFI : «Je rentre le 20 mai par avion à Lubumbashi»

Sa décision de rester dans l’Opposition et de ne pas faire partie du prochain gouvernement fait découvrir à l’opinion un politique en mutation, avec des idées cohérentes et une personnalité ferme. Ce Katumbi a l’ambition d’écrire en grand son nom dans l’histoire de la République Démocratique du Congo. En attendant 2023, il entend jouer les premiers rôles… dans l’Opposition. Bien après son retour au pays le 20 mai prochain, son entourage assure qu’il entamera une tournée à travers le territoire national. Question de remercier son importante base pour la confiance, le soutien et le vote en faveur des députés nationaux de son obédience. Ce vote qui fait de la plateforme Ensemble pour le changement, plus de 70 élus, la principale force de l’Opposition à l’Assemblée nationale. Fort de son importante légion à la Chambre basse, Katumbi prend l’engagement de faire l’opposition républicaine. Désormais pressenti chef de l’Opposition institutionnelle, il a annoncé ses couleurs en appréciant les premiers pas de Félix Tshisekedi au sommet de l’État. Pas besoin de savoir ce que le Chairman pense encore de la croisade pour la vérité des urnes. Un vrai coup de tonnerre qui en dit long sur la redistribution des  cartes au sein de la plateforme politique Lamuka dont il est le tout premier coordonnateur… pour une durée de trois mois.

LOI

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom