Le bilan de Tshibala conté par son Dircab

0

Après deux années passées à la tête de l’exécutif national, Bruno Tshibala Nzenzhe, s’apprête à quitter la primature, auréolé d’un bilan positif, selon son directeur de cabinet, Jean-Félix Kamanda.

A la faveur de la cérémonie d’échange des vœux à la primature, Jean-Félix Kamanda a conté ce bilan de deux années, marqué d’une pierre blanche par l’accomplissement de l’alternance démocratique au sommet de l’Etat grâce aux élections organisées par le gouvernement Tshibala.

«Quand l’histoire parlera de cette passation civilisée du pouvoir, l’on parlera inévitablement du Premier ministre, ce chef d’orchestre, le maestro, qui a conduit à merveille le chant de l’alternance politique en RD-Congo: Bruno Tshibala Nzenzhe», a-t-il dit tout en présentant le PM issu de l’accord de la Saint-Sylvestre comme «le Jean Baptiste de l’alternance politique en RD-Congo».

Jean-Félix Kamanda, Dircab du PM Bruno Tshibala

Jean-Félix Kamanda a salué le courage et l’abnégation ayant caractérisé Brutshi afin de relever le défi, surmonter les difficultés et accomplir des missions «perçues comme impossibles» à sa prise de fonction en avril 2017. Dans son discours de circonstance, il a mis en exergue diverses actions d’éclat réalisées sous Tshibala pour démontrer la réussite de la mission confiée à ce gouvernement de large union nationale, à savoir l’organisation des élections et l’amélioration du social. Entre autres actions palpables, il a cité l’autofinancement des élections, la maitrise du taux de change qui a balisé la voie du maintien de la croissance économique, la réduction de la capacité de nuisance des mouvements terroristes qui déciment des vies dans la partie Est de la RD-Congo. Ci-après, l’intégralité du discours de Jean-Félix Kamanda, directeur de cabinet du Premier ministre Bruno Tshibala.

LOI


Discours prononcé à l’occasion de la présentation des vœux du cabinet à Son excellence le Premier ministre

Excellence Monsieur le Premier ministre et Chef du gouvernement,

La saison des vœux touchant à sa fin, votre cabinet, par ma bouche, se prête à un agréable devoir, celui de vous présenter ses vœux de santé, de réussite et de paix dans votre noble mission au service de la nation congolaise.

Ces vœux, que nous voulons également être de bonheur, s’adressent aussi à votre épouse, à vos enfants, ainsi qu’à tous ceux qui vous sont chers!

Le bonheur, disait Indira Gandhi, cette grande femme politique, alors première ministre de l’Inde, c’est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles. Vu de cet angle, Excellence, ce bonheur, que votre cabinet appelle de tous ses vœux sur vous, vous le méritez.

En effet, Excellence Monsieur le Premier ministre, Chef du gouvernement, l’année 2018 qui vient de s’achever, vous a vu à l’œuvre, pour accorder vos actes à vos paroles! Que des défis relevés! Que des difficultés affrontées et vaincues avec un courage dont seuls les grands hommes connaissent la saveur! Mandela ne disait-il pas: «Le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre». Oui, Excellence, vous l’avez vaincue!  Quand, à l’aube de moult négociations politiques, vous avez accepté de présider aux destinées du gouvernement d’union nationale, dont les missions étaient perçues comme impossibles, la majorité de vos compatriotes ne donnaient pas six mois à votre gouvernement! Cette peur-là, Excellence, vous l’avez vaincue ! Le gouvernement Tshibala, votre gouvernement Excellence, est entrain de réaliser deux ans de durée de vie, que plusieurs illustres bustes qui décorent ce beau jardin des Premiers n’ont pu atteindre! Quand, sans comprendre la portée de votre combat, plusieurs de vos camarades socialistes ont crié à la trahison lorsque vous avez accepté de négocier avec le pouvoir pour conduire le pays aux meilleures élections de son histoire moderne, imperturbable, vous avez poursuivi vos objectifs auxquels le devoir sacré du patriote vous appelait! Cette peur là, Excellence, vous l’avez vaincue ! Car, comme Mandela, vous dites: «Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé»! Sous l’impulsion, la vision éclairée, et la volonté politique contre toute épreuve de son Excellence Joseph Kabila Kabange, vous vous êtes associés pour pacifier le pays!

La RD-Congo vous doit ce sens patriotique élevé, qui a abouti à l’inédit, du jamais vécu: «une passation pacifique et civilisée du pouvoir!». Précurseur incompris, vous êtes le Jean Baptiste de l’alternance politique en RD-Congo!

Témoins privilégiés, et surtout acteurs sous votre ombre, chacun selon la sphère de ses responsabilités, les membres de votre cabinet ont eu le privilège de vous accompagner dans ces luttes âpres et incessantes pour la refondation de la démocratie, pour une Nation prospère et qui redresse à jamais, son front longtemps courbé!

Sans faire ici le bilan des missions dévolues à votre gouvernement, votre cabinet ne peut oublier les angoisses que présentait le taux de change monétaire au lendemain de votre entrée en fonction comme Premier ministre! Cette peur là aussi, Excellence, vous l’avez vaincue! Durant ces deux années de votre action, les taux d’inflation et les dépréciations monétaires et du pouvoir d’achat ont été maintenus dans leur meilleure proportion et ont provoqué des conditions propices au maintien de la croissance économique. Nous en sommes témoins privilégiés et acteurs sous votre ombre!

Les défis sécuritaires, comme le tristement célèbre phénomène Kamwina Nsapu, les agressions terroristes dans l’Est du pays, le nombre élevé des foyers de conflits armés, ont tous été affrontés et leur capacité de nuisance réduite considérablement! Cette peur-là aussi, vous l’avez vaincue, Excellence ! Nous en sommes témoins privilégiés et acteurs sous votre ombre!

Et pour répondre au choix courageux de souveraineté, par autofinancement des élections, vous vous êtes imposés, votre gouvernement, votre cabinet et vous-même, à une restriction du train de vie dont les sacrifices ont été gratifiants!

Quand l’histoire parlera de cette passation civilisée du pouvoir, l’on parlera inévitablement du Premier ministre, ce chef d’orchestre, le maestro, qui a conduit à merveille, le chant de l’alternance politique en RD-Congo: Bruno Tshibala Nzenzhe, que, mesdames et messieurs, je vous demande d’ovationner par vos applaudissements frénétiques!

Vous l’avez fait, Excellence, vous méritez les félicitations de tout un peuple et de votre cabinet en particulier!

Excellence, votre cabinet est conscient que c’est peut-être un dernier échange de vœux que nous vivons sous votre commandement comme Premier ministre et Chef du gouvernement de la RD-Congo! L’heure n’est pas encore aux adieux, car vous nous accorderez, nous vous le demandons respectueusement, une soirée d’au revoir, où nous aurons l’occasion de vous dire «merci de nous avoir fait confiance et de nous avoir associé à votre noble mission»!

En effet, chacun de nous a répondu présent à votre appel, comme un soldat à son commandant, sans sourciller! Car Théodore Roosevelt disait: «Quand on vous demande si vous êtes capable de faire un travail répondez : «bien sûr, je peux!» Puis débrouillez-vous pour y arriver».

C’est avec cet esprit, que votre cabinet a attaqué les centaines des dossiers qui tombaient quotidiennement, jusqu’à relever le défi de réponse dans les 48 heures! Aujourd’hui, nos bureaux n’ont plus des piles des dossiers qui pourrissent en attente de traitement! Vous avez un cabinet qui fonctionne bien, à la satisfaction de tous! Les membres de votre gouvernement, en sont les témoins privilégiés!

Mais maintenant, Excellence, Monsieur le Premier ministre et Chef du gouvernement, nos yeux sont tournés vers l’avenir! Le vôtre d’abord, vous notre chef! Et le nôtre ensuite!

Nous vous souhaitons de monter et de monter encore! La République a encore besoin de vous! Votre histoire d’amour avec la République, à laquelle vous avez consacré ce que vous avez de plus cher, n’est pas encore terminée! Car un gouvernement Tshibala 2 maintenant ou plus tard, n’est pas impossible! Le peuple n’est pas ingrat!

Quant à nous, sous votre direction, nous avons compris et épousé vos idéaux! Nous vous rassurons que quand il vous plaira de faire le rappel des troupes, nous travaillerons ensemble pour soutenir le courage là où il y a la peur, pour encourager la négociation là où il y a le conflit, et donner l’espoir là où règne le désespoir, comme l’a si bien dit, Nelson Mandela!

Bonne et heureuse année 2019 à vous Excellence, et à la République Démocratique du Congo que vous aimez tant!

Je vous remercie.

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom