Kinshasa: les 12 piliers du candidat Bimwala

0

Avec une population estimée à près de 15 millions d’habitants, la ville-province de Kinshasa a besoin d’un gouverneur digne pour son développement. Le candidat Roger Bimwala Mampuya a un programme d’urgence pour  la refondation de la capitale qui se meurt.

Il est déterminé à succéder à André Kimbuta Yango à la tête de la ville- province de Kinshasa. Le professeur d’Université, Roger Bimwala se lance dans la course avec des solutions à moyen terme, simples, inédites et à faibles coûts. Dans son projet intitulé «Mon contrat avec les Kinois», le seul député ayant convaincu et séduit les électeurs de Barumbu veut corriger les erreurs de ses prédécesseurs avec un programme d’urgence pour la refondation de Kinshasa dénommé «Kinshasa Pur» et articulé sur douze piliers.  Il s’agit entre autres: de la revalorisation des communes de Kinshasa, pilier de la gestion de proximité; revalorisation de l’administration urbaine, pilier de la gouvernance administrative; la maitrise des finances, pilier du développement de la ville; réhabilitation de la ville; réhabilitation des infrastructures collectives, pilier de l’aménagement urbain; assainissement de la ville, pilier pour le mieux vivre; protection de l’environnement, pilier du développement durable; l’amélioration du social des Kinois, pilier pour la paix sociale; relance de l’économie locale, pilier pour la création des richesses; réhabilitation du secteur éducatif, pour garantir l’avenir; amélioration de la santé de la population, pilier du bien-être; amélioration de la sécurité des personnes et de leurs biens, pilier d’une vie paisible; relance des secteurs du sport, de la culture et des arts, pilier pour une vie saine.

A en croire Roger Bimwala, sous son autorité et avec le contrôle de l’Assemblée provinciale, son programme d’urgence qui se veut volontariste et progressiste sera porté dans sa réalisation par des femmes et des hommes compétents de bonne volonté, non contestés, non contestables et de bonne moralité, totalement engagés à la cause de la ville de Kinshasa. Il met un accent sur son contrat avec la population kinoise sur le fait que Kinshasa, anciennement appelé Léopoldville, ville centenaire, construite pour plus ou moins 300.000 habitants regorge aujourd’hui plus de 12 millions d’habitants. Ces derniers s’entassent sur 2.500 km2 soit une densité de 4.800 habitants. La capitale de la RD-Congo attire chaque jour des milliers de migrants internes et des ressortissants étrangers qui viennent pour y développer leurs affaires.

Victime de la mauvaise gestion du foncier et d’une urbanisation désordonnée, Kinshasa se détruit de jour en jour. A l’Est, au centre comme à l’Ouest de la commune de la Gombe, épicentre de la capitale, poussent des bidonvilles, des zones de non droit. L’étalement de la ville pose aussi problème. Comment financer et entretenir les infrastructures collectives? Comment assurer la mobilité des habitants? Comment réaliser le «mieux vivre ensemble»? L’élu de Barumbu et candidat gouverneur estime que l’augmentation constante de la population, le chômage des jeunes, les phénomènes Kuluna et Ujana, la vétusté et l’insuffisance des infrastructures scolaires, la destruction du tissu économique et industriel suite aux pillages de triste mémoire, l’insuffisance et l’irrégularité de la fourniture en électricité et en eau potable, l’insalubrité généralisée, la résurgence des épidémies et des maladies  d’origine hydrique liées à l’insalubrité ainsi que la prévalence du VIH/SIDA ont pour conséquences, la détérioration du cadre global de la vie du Kinois. Aussi, les conditions pour vivre ensemble dans une ville moderne ne sont plus réunies. D’où, la nécessité de jeter impérativement des nouvelles bases d’une ville de Kinshasa adaptée à la culture RD-congolaise en plein 21ième siècle. L’état de délabrement très avancé dans lequel se trouve la ville-province exige d’abord un effort pour revenir à la normalité avant d’entamer des grands projets ambitieux aux coûts exorbitants pour lesquels Kinshasa n’a aujourd’hui ni moyens financiers, ni ressources humaines.

Qui est Roger Bimwala?           

Elu récemment député provincial pour la circonscription électorale de Barumbu à Kinshasa, le candidat gouverneur Roger Bimwala est Docteur en Sciences, Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Après un cycle de graduat à l’ex Institut pédagogique national -IPN-, il est en outre, détenteur d’un Master en administration publique de l’Institut de hautes études en administration publique de l’Université de Lausanne. Diacre de l’Eglise salutiste, il assume à ce jour, les fonctions de membre du Conseil consultatif du représentant légal de l’Eglise  Armée du Salut. C’est à ce titre qu’il a été désigné en 2016, délégué des confessions religieuses aux assises du dialogue national de la cité de l’Union africaine. Il a joué le même rôle pour la Société civile aux négociations de Conférence épiscopale nationale du Congo -CENCO- ayant abouti à la signature de l’accord de la Saint Sylvestre. Il est également co-fondateur, Recteur et membre du Conseil d’administration de l’Université William Booth. Dans sa vie professionnelle, il a été tour à tour, Directeur général de l’entreprise PRAXIS AFRICA consulting international -Genève-Kinshasa-, Conseiller chargé de l’Economie, de la planification et du développement au cabinet du Gouverneur de la ville de Kinshasa.

J.BABIA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom