Kin Bopeto: Ngobila procède aux derniers réglages

0

A deux jours du lancement officiel de l’Opération «Kinshasa bopeto», soit le samedi 19 octobre, le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, continue de battre le rappel de troupes. Jeudi 17 octobre dans la salle polyvalente de l’Hôtel de ville, il a échangé avec les bourgmestres et chefs des quartiers de Kinshasa, sur les derniers réglages et sur la façon dont les activités d’assainissement vont se passer le 19 octobre à travers toutes les communes. «Comme il est difficile que tout le monde soit au lieu de la cérémonie du lancement, je demande que chaque bourgmestre lance à son niveau Kinshasa bopeto dans un quartier de sa commune. D’autres chefs des quartiers vont aussi faire de même», a souligné le numéro 1 de Kinshasa. Gentiny Ngobila a donné des instructions fermes à ses hôtes. Il a insisté sur la discipline qu’il faudra observer durant l’opération d’assainissement. Soucieux de voir la sa pérennité, il a interpellé les bourgmestres, les chefs des quartiers ainsi que les responsables des commissariats de la Police à ne pas tracasser la population. Le gouverneur de la ville a plutôt conseillé la méthode de collaboration avec les Kinois pour espérer atteindre les objectifs de l’Opération «Kinshasa bopeto». Par ailleurs, rassurant de la dotation de plusieurs véhicules à la Régie d’assainissement de Kinshasa -RASKIN-, Gentiny Ngobila a demandé à ses interlocuteurs de ne pas laisser les ordures près des caniveaux, au risque que ces déchets rentrent d’où ils ont été tirés. «Après nettoyage, regroupez les immondices à des endroits où les véhicules peuvent facilement passer pour l’évacuation», a-t-il indiqué. Pour ce qui est de la pollution sonore concernée également par l’Opération «Kinshasa bopeto», le gouverneur de la ville a jeté des éloges sur les communes de Bandalungwa et Mont-Ngafula pour le suivi de cette mesure obligeant les bars à éteindre la musique à 23h pour les jours ouvrables, et à minuit pour les week-ends. Il a appelé d’autres à faire le progrès dans ce sens. Quant aux différends entre les bourgmestres des communes et les chefs des quartiers, l’autorité urbaine a conseillé la division de travail en vue de favoriser la bonne collaboration.

Olitho KAHUNGU

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom