Evariste Bekanga Bokuta désigné secrétaire intérimaire de l’ANATC

0

Sous la direction de son président national, Mwami Mwena Bantu Munongo, les chefs coutumiers venus de 26 provinces ont échangé des vœux, à Kinshasa au début du mois de mars. La cérémonie a été agrémentée par deux groupes folkloriques du grand Katanga et du Grand Kasaï à la résidence officielle du Mwami des Bayeke, dans la commune de Mont-Ngafula.

En marge de cette rencontre, une réunion extraordinaire s’est tenue pour examiner les questions brulantes de l’heure, notamment la prétendue démission du Mwami Mwenda Bantu Munongo de la présidence de l’ANATC. «Cette présumée démission a été montée de toutes pièces par des détracteurs assoiffés du pouvoir et en mal d’emploi fructueux précis, ceux qui veulent politiser l’association censée être apolitique et située au milieu du village», rapporte-t-on.

L’occasion faisant le larron, l’Alliance nationale des autorités coutumières du Congo -ANATC- a également planché sur la question de différentes provinces essentiellement marquées par la cooptation des chefs coutumiers, tous membres de l’ANATC aux Assemblées provinciales. L’ANATC s’est félicitée et promet de militer pour la cooptation au Sénat aux prochaines élections.

Ici, la maladie à virus Ebola qui sévit au Nord-Kivu a également fait l’objet de cette importante réunion.

Les participants ont statué sur le dossier ayant trait à l’exclusion définitive de Mfumu Difima Ntinu alias Bols et la désignation du Prince coutumier Evariste Bakenga Bokuta Botshitshi pour son remplacement à tire intérimaire comme Secrétaire général, et ce, en attendant l’Assemblée générale extraordinaire et élective.

Puis, les chefs coutumiers ont élaboré et adopté un mémorandum à l’intention  de Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la RD-Congo et président d’honneur de l’ANATC. A cet effet, un diplôme d’honneur lui a été dédié par le comité exécutif.

Les autorités traditionnelles sollicitent l’implication de tous les acteurs dans le domaine de la santé afin d’éradiquer l’épidémie à virus Ebola. S’agissant des tueries à Yumbi dans le Mai-Ndombe. Elles exigent que des enquêtes sérieuses soient menées pour établir les responsabilités et sanctionner les coupables. Par ailleurs, elles recommandent que des mesures fermes soient prises pour mettre fin à l’insécurité à l’Est du pays qui est entretenue par divers groupe armés autochtones et étrangers.  A ce propos, les autorités traditionnelles, avant de regagner leurs entités respectives, ont sollicité l’implication du nouveau pouvoir pour éradiquer à jamais cette guerre d’usure pour épargner ainsi la population de ces tueries à répétition.

Juin 2019: la tenue de l’Assemblée générale et élective de l’ANATC

Le nouveau staff du Secrétaire général de l’ANATC a pour mission urgente de préparer la tenue de l’Assemblée générale et élective de l’association, prévue pour le mois de juin 2019, de redynamiser les activités et d’engager le dialogue pour récupérer les chefs coutumiers égarés parmi les vrais chefs et actuellement recrutés pour servir de folklore dans les médias pour une cause perdue, de rétablir le contact avec le pouvoir en place et les tiers, mettre fin à la politisation de l’ANATC par des personnes n’ayant ni légitimité ni légalité au sein du comité national et redorer l’image de marque de l’association en combattant les antivaleurs. Il est à noter que pour présider l’ANATC, selon les statuts, il faut être chef de chefferie. 

Octave MUKENDI

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom