En inaugurant un centre agricole à Bukavu, Tshisekedi privilégie l’agriculture

0

La lutte contre la faim et la malnutrition passe par l’accès de la population  à une alimentation saine basée sur la consommation de la biodiversité, à savoir des aliments frais. Pour répondre à cette exigence, le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi a inauguré, mardi 8 octobre 2018 à Kalambo, une localité située à 20 Km de la ville de Bukavu, au Sud-Kivu, un Centre de recherche agronomique ultramoderne baptisé «Président Obasanjo, Campus de recherche de l’IITA». Il s’agit là du deuxième grand centre agricole en Afrique centrale.

Cette cérémonie haute en couleurs a connu la participation de hautes personnalités nationales et étrangères. On cite, entre autres  le Dr. A. Adesina, président de la Banque africaine de développement -BAD-, Paul Kagame et Uhuru Kenyatta, respectivement Présidents du Rwanda et du Kenya, y compris l’ancien Président nigérian Olesegun Obasanjo.  Cette présence des Chefs d’Etat ci-haut cités trouvent sa justification dans la dimension régionale du Centre agronomique de Kalambo. Celui-ci s’étend sur toute la région des Grands lacs africains et couvrant le Rwanda, le Burundi, l’Ouganda ainsi que la Centrafrique et le Congo Brazzaville. Certainement, ce centre donne de l’espoir en vue d’assurer l’autonomie alimentaire aux populations de la région qu’il couvre, voire au-delà. Ses travaux  avaient été lancés en 2008 sur le nouveau campus de l’Université catholique de Bukavu -UCB- pour abriter, au début, le siège d’une entreprise -la CIALCA Development International- dont la mission était de renforcer les capacités des jeunes du secteur agroalimentaire. C’est ainsi que la première infrastructure avait été inaugurée le 5 juin 2014 par le ministre RD-congolais de l’Agriculture représentant le Président Joseph Kabila. En ce jour, «le Président Obasanjo, Campus de recherche de l’IITA» s’affiche comme le grand et principal centre international de recherche agricole en RD-Congo et dans la région des Grands lacs africains. Ses bâtisses disposent d’un laboratoire de culture tissulaire de la dernière technologie pour la multiplication végétative du manioc, de la banane, du cacao, de l’igname et de la pomme de terre. Ledit centre emploie plus de 100 personnes et se classe troisième employeur à Bukavu après la Pharmakina et la Bralima. L’IITA Kalobo possède tout le matériel moderne nécessaire à la recherche et au développement agricole axés sur l’impact, un laboratoire d’analyse des sols et des plantes, une unité de microbiologie des sols et un laboratoire moléculaire, desservant les pays voisins. Aussi, son unité de production et de transformation agricole est destinée à développer et optimiser les entreprises commercialement viables. A cet effet, elle cible particulièrement les jeunes et les femmes, deux catégories les plus  défavorisées et vulnérables dans la société. En dehors des scientifiques de l’IITA et des partenaires du CGIAR sans oublier les instituts nationaux de recherche agronomique notamment l’INERA et l’UCB, les installations dudit centre sont ouvertes aux professeurs, chercheurs et étudiants des universités nationales et internationales.

Initiative «Faim Zéro»

Son bâtiment scientifique est destiné à la mission de l’IITA et ses partenaires engagés dans la lutte contre la faim et la pauvreté sur le continent. Le centre est appelé à contribuer au renforcement de la productivité agricole en RD-Congo et dans la région. Ce choix se justifie par les contributions de ce dernier à la promotion de l’agriculture en Afrique et ses soutiens à l’IITA qui le considère comme le fer de lance de l’Initiative «Faim Zéro», qui revêt une importance particulière pour la RD-Congo. Obasanjo, toujours proche des RD-Congolais depuis les années 1961 lorsqu’il était jeune soldat au sein des troupes de l’ONU chargées de rétablir la paix en RD-Congo après l’indépendance, est immortalisé par ce centre. C’est le succès du PRONAM qui a convaincu le gouvernement RD-congolais d’engager l’IITA dans une recherche plus collaborative à partir de 1983 sur les cultures vivrières saisonnières comprenant les légumineuses à grains -niébé, arachide et soja- et le maïs, ainsi que le programme de gestion des ressources naturelles et le renforcement des capacités du personnel de recherche national.

Améliorer la sécurité alimentaire

L’IITA a soutenu des activités de formation dans le cadre de sa stratégie visant à améliorer la sécurité alimentaire et à réduire la pauvreté en RD-Congo. Il y a lieu de signaler que plusieurs formations spécialisées à court terme ont été organisées pour de nombreuses parties prenantes, parmi lesquelles l’INERA, la SNV, le SENASEM et les ONG locales. C’est ainsi que plus de 140 membres du personnel de l’INERA ont bénéficié du programme des bourses de recherche pour diplômés. Avec l’inauguration de ce centre, les activités agricoles vont s’intensifier en RD-Congo.

Octave MUKENDI

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom