Révision constitutionnelle: Envol de Sesanga récolte déjà des signatures à Kinshasa

0

La machine politique du député national Delly Sesanga est déterminée pour la révision constitutionnelle. Envol ne désarme pas. Après Kisangani, chef-lieu de la province de la Tshopo, c’est maintenant la ville de Kinshasa qui entre dans la danse de la récolte des signatures de la pétition pour la révision de certaines dispositions de la Constitution. Dans la capitale RD-congolaise, c’est depuis samedi 30 novembre 2019 que la coordination provinciale du parti politique Envol a donné le go de cette opération. Son objectif ultime est de réunir au moins 20 milles signatures des Kinois en l’espace d’un mois. Pour atteindre cet objectif, le président de la Ligue des jeunes de cette formation politique chère à Delly Sesanga compte sur l’implication de tous ceux qui s’accordent sur les insuffisances que présente l’actuelle Constitution. Ainsi, il a invité les Kinois à s’impliquer pour la réussite de cette opération. Mobilisés comme un seul homme, les jeunes du parti Envol étaient nombreux samedi 30 novembre 2019 au siège de leur parti pour le lancement de l’opération de la récolte des signatures de la pétition pour la révision de certaines dispositions de la Constitution de la République. L’occasion était donnée à la coordination provinciale d’Envol/Kinshasa de procéder à la présentation des membres du comité de suivi de cette opération  de récolte des signatures à mener dans tous les coins et recoins de la capitale RD-congolaise. Selon le coordonnateur d’Envol/Kinshasa, Jérémie Kilumbu, toutes les batteries sont mises en marche pour récolter au moins 20 milles signatures en l’espace d’un mois à Kinshasa. «La Constitution de la République votée en 2006 accuse plusieurs insuffisances. Ce qui nécessite que certaines dispositions soient amendées», a souligné le coordonnateur d’Envol/Kinshasa. Parmi les faiblesses de la Loi fondamentale, Jérémie Kilumbu a évoqué  notamment le retour de l’élection présidentielle à deux tours et le maintien d’un débat contradictoire entre les deux candidats en lice. «Nous devons éviter que les suppléants des députés ou des sénateurs soient les enfants, les épouses ou les membres de la famille, faire en sorte que les gouverneurs et les sénateurs soient élus au suffrage universel direct, etc.», a-t-il martelé. Dans son entendement, ce grand projet cherche à ce que les RD-Congolais obtiennent une Constitution de développement et non celle issue de la guerre, allusion faite ici à celle de 2006 issue de Sun City. Selon les différents orateurs, Envol exécute simplement l’une des recommandations issues de la réunion du comité politique élargie aux membres des fédérations tenues à Kinshasa. Cette recommandation, ont-ils souligné, visait une pétition devant conduire à la révision de certaines dispositions de la Constitution. Pour la révision de la Loi fondamentale, la pétition doit réunir au moins 100 milles signatures. Voilà pourquoi le parti cher au député national Delly Sesanga mobilise les RD-Congolais de toutes les provinces à s’impliquer dans cette campagne. Après la ville de Kisangani où l’opération de la récolte des signatures avait officiellement commencé, Kinshasa est la deuxième ville qui entre dans la danse. Comme on peut le constater, le projet de la révision constitutionnelle continue de mettre le parti Envol au devant de la scène politique en RD-Congo. Pendant que d’autres formations politiques s’adonnent à des querelles qui ne font pas avancer la République, l’Envol de Sesanga réfléchit pour l’avenir du pays. Voilà qui travaille pour  la RD-Congo!Dorian KISIMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom