CNSA: Olenghankoy couronné

0
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En l’espace d’une semaine, Joseph Olenghankoy, président du Conseil national de suivi de l’accord du 31 décembre 2016 -CNSA-, s’est adjugé deux diplômes de mérite lui décerné par la Ligue nationale des Anamongo -LINA- et l’Union des éditeurs du Grand Kasaï -UP5. Ces deux titres ont couronné l’œuvre de haute facture réalisée par Olenghankoy à la tête de cette institution d’appui à la démocratie. «Je ne l’ai pas fait seul. C’est parce que j’ai été aidé et compris par les dirigeants sortants et entrants», a-t-il déclaré, sans manquer de saluer les administrations Fatshi et Kabila pour lui avoir facilité la tâche afin de vider la partie restante et essentielle de l’accord du 31 décembre.

Le passage de Joseph Olenghankoy à la tête du Conseil de suivi de l’accord de Saint Sylvestre -CNSA- a laissé des traces indélébiles, positivement sanctionnées par la Ligue nationale des Anamongo -LINA.

Sous la houlette de son président, Barthélémy Okito, la LINA a, samedi 17 août 2019, présenté des vives félicitations à Olenghankoy pour le travail de haute facture abattu à la tête de cette institution d’appui à la démocratie.

«Nous sommes venus féliciter notre frère, président du CNSA, pour le rôle qu’il a joué en faveur de la paix, de l’unité et de la cohésion nationale pendant toute la période difficile de notre pays», a fait savoir Okito non sans souligner qu’Olenghankoy a été «au centre de l’alternance du pouvoir». Motif de fierté pour les Anamongo, a signifié Okito avant d’inviter son frère à soutenir les actions du Président de la République Félix Tshisekedi.

«Vous avez notre soutien. Les Anamongo vous demandent de soutenir l’actuel Chef de l’Etat, de l’accompagner et de jouer votre rôle de médiateur», a appelé Okito, tout en faisant remarquer que les Anamongo occupent 31% de l’étendue du territoire national et représentent 33% de la population RD-congolaise. A la même occasion, un diplôme de mérite a été décerné au président du CNSA pour couronner son œuvre combien cruciale à la tête de cette institution créée pour veiller à la mise en application des résolutions de l’accord du 31 décembre 2016. En décrochant ce titre, Joseph Olenghankoy devient le premier Anamongo primé après Patrice Emery Lumumba.

Gonflé à bloc, Joseph Olenghankoy n’a eu que des mots de gratitude à l’endroit de ses frères qui ont reconnu et valorisé ses réalisations de son vivant. Outre les remerciements, Olenghankoy a rendu un vibrant hommage au Président Félix Tshisekedi ainsi qu’à son prédécesseur Joseph Kabila pour avoir permis à la RD-Congo de connaître sa toute première alternance pacifique au sommet de l’appareil étatique.

Un diplôme d’excellence pour Olenghankoy

Une semaine plus tôt, c’est l’Union des éditeurs du Grand Kasaï -UP5-, également ébloui par l’œuvre grandiose d’Olenghankoy au service du CNSA, a couronné des lauriers le président du FONUS pour son œuvre à la tête de cette institution d’appui à la démocratie en lui décernant, samedi 10 août 2019, un diplôme d’excellence pour sa «bravoure».

De l’avis de Jean Kadiobo, président de l’UP5, c’est grâce à cette bravoure d’Olenghankoy que la RD-Congo est parvenue à l’organisation des élections du 31 décembre ayant débouché sur la première alternance pacifique au pouvoir.

Emu, Joseph Olenghankoy s’est dit surpris par cette reconnaissance de la part de l’UP5, une structure dont il ignorait l’existence jusqu’alors. Pas du tout avare, Olenghankoy a insisté sur le fait que le mérite ne revient pas qu’à lui seul, car il a été aidé aussi bien par son cabinet de travail que par les autorités du pays.

«Je ne l’ai pas fait seul. C’est parce que j’ai été aidé et compris par les dirigeants sortants et entrants», a déclaré Olenghankoy, qui n’a pas manqué de saluer «ceux qui ont dirigé le pays pendant 18 ans et qui ont acceptés avec toute élégance de réaliser l’alternance».

Saisissant la balle au bond, Olenghankoy a aussi salué l’œuvre de l’administration Fatshi pour lui avoir facilité la tâche afin de vider la partie restante et essentielle de l’accord du 31 décembre.Laurent OMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom