Cité de l’UA: Denise Nyakeru inaugure un nouveau pavillon à la Clinique présidentielle

0

Le nouveau pavillon construit à la Clinique présidentielle de la Cité de l’Union africaine à Kinshasa a été inauguré le mercredi 11 septembre par la Première Dame de la RD-Congo, Denise Nyakeru Tshisekedi. Cette bâtisse porte le nom de la Première Dame de la République. Arrivée à l’entrée de ladite Clinique, la Première Dame a été accueillie par le médecin directeur, le Général des Brigades, Dr Joseph Kangudia Mbaya. La cérémonie d’inauguration a été marquée d’abord par le mot de circonstance du médecin directeur. Ce dernier a rendu hommage au Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo pour sa volonté clairement exprimée en faveur du développement intégral de la RD-Congo, particulièrement dans le secteur de la santé et du bien-être. «Denise Nyakeru Tshisekedi s’inscrit dans la logique d’une poursuite de la matérialisation d’un vieux projet visant à doter la Clinique présidentielle des infrastructures nécessaires et modernes pour son bon fonctionnement», a annoncé la presse présidentielle. Selon cette source, ledit pavillon est doté des équipements ultra-modernes de dernières générations, capables de prendre en charge un maximum de 100 malades par jour. «Il comprend deux salles d’hospitalisation, deux cabines de consultation, une salle de prélèvement et  laboratoire et un espace d’accueil équipé de 25 places assises», a-t-elle précisé. Puis, la Première Dame visiblement satisfaite a coupé le ruban symbolique suscitant une vive joie dans le chef  du personnel médical et des patients présents sur le lieu. Il s’en est suivi une visite de différents services du nouveau pavillon. Au finish, la Première Dame a signé le livre de souvenirs marquant son passage à la Clinique présidentielle de l’UA, le deuxième depuis l’investiture du Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. L’accès aux soins de santé figure parmi les 15 piliers du gouvernement Ilunkamba appelé à traduire en acte la vision du Président de la République.

Octave MUKENDI

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom