Badibanga attire l’attention de Nangaa

0
35

A 50 jours de la tenue des élections et à 20 jours du lancement de la campagne électorale, Samy Badibanga Ntita, candidat à la magistrature suprême, estime qu’il y a encore des obstacles à surmonter. Il note que lesdits obstacles affectent particulièrement la transparence des scrutins et mettent en danger la crédibilité des résultats. «Il y a, d’une part, l’usage de la machine à voter par la CENI sans consensus ainsi que son système informatique centralisé. D’autre part, il y a le fichier électoral et ses 10 millions d’électeurs enrôlés sans empreinte qui inquiète. Et dans l’ensemble, c’est la fiabilité, l’intégrité et la sécurité du vote et des résultats qui sont mises en question», dit-il. Pour crédibiliser le processus électoral, il revient sur sa proposition de recourir à la technologie Blockchain. S’appuyant sur l’article 71 de la Loi électorale, l’ancien Premier ministre évoque trois mesures concrètes visant à garantir la sécurité et la transparence. La première vise le contrôle de l’utilisation effective des bulletins de vote, pour éviter tout suspicion de «bourrage des urnes»; la seconde concerne la mise en place d’un cadre concerté de réception des résultats provenant des bureaux de vote et des Centres locaux de compilation des résultats et la troisième, enfin, est axée sur l’observation régionale ou internationale. «Avec ces trois mesures, ajoutées à la Blockchain, tout aura été mis en œuvre pour instaurer la transparence des élections et la crédibilité des résultats. C’est alors dans un climat de confiance que pourront se dérouler les élections, la campagne électorale, le débat public et le vote lui-même», pense-t-il dans la tribune ci-dessous.

Octave MUKENDI 


Samy Badibanga préconise trois mesures pour des élections incontestables

A 50 jours du jour «J», il est utile de rappeler la finalité des élections. Il s’agit de permettre au peuple congolais de choisir un projet de société pour son avenir et des dirigeants pour le mettre en œuvre. Les élections permettent de faire ce choix en une journée. Il est fondamental d’assurer la paix, la sécurité et le développement de la Nation en conférant la légitimité aux autorités publiques qui seront choisies par le peuple, seul détenteur de la souveraineté nationale, pour mettre en œuvre le projet de société qu’il aura choisi.

Ce choix crucial pour notre avenir doit être fait en toute transparence, dans un climat de confiance entre la population, les acteurs politiques et les institutions chargées du processus électoral. Or, à ce jour, trois points manquent particulièrement de transparence et mettent en danger la crédibilité des résultats. Il y a, d’une part, l’usage de la machine à voter par la CENI sans consensus ainsi que son système informatique centralisé. D’autre part, il y a le fichier électoral et ses 10 millions d’électeurs enrôlés sans empreinte qui inquiète. Et dans l’ensemble, c’est la fiabilité, l’intégrité et la sécurité du vote et des résultats qui sont mises en question. A 20 jours du début de la campagne électorale, cette situation interpelle tout acteur politique averti et appelle à des mesures concrètes pour sécuriser les résultats électoraux sortis des urnes. C’est pourquoi j’ai proposé d’intégrer la technologie Blockchain au système de vote et de transmission des votes. Pour rappel, la Blockchain est une technologie «décentralisée»: aucun serveur n’est seul responsable du traitement de l’information, multipliant la complexité des attaques informatiques. C’est tout un réseau de serveurs et d’organisations qui permettent l’enregistrement instantané des votes, sous forme cryptée, sur tous les serveurs du réseau de manière définitive, transparente, vérifiable et immuable. La solution est aussi dite «distribuée», c’est-à-dire que le nombre de serveurs est multiplié pour rendre quasiment impossible le piratage et la manipulation des votes et résultats de l’élection. Un autre atout important de la Blockchain est de permettre l’authentification des électeurs dans les bureaux de vote.

En complément de la transparence et de la sécurité de la technologie Blockchain, l’amélioration du contrôle physique s’avère nécessaire à travers trois mesures concrètes, pour crédibiliser les résultats et éviter les soupçons de manipulation et de fraude. En effet, l’article 71 de la Loi électorale prévoit que la CENI rend public les résultats provisoires du vote sur la base des résultats consolidés de tous les centres de compilation envoyés par les secrétariats exécutifs provinciaux. Ces trois mesures concrètes visent à garantir la sécurité et la transparence du fonctionnement de cette architecture.

La première mesure vise le contrôle de l’utilisation effective des bulletins de vote, pour éviter tout suspicion de «bourrage des urnes». La CENI a en effet prévu un nombre élevé de bulletins des votes dans chaque bureau de vote, sans considération de leur nombre réel d’électeurs. Ainsi, 660 bulletins de vote sont prévus dans chaque bureau de vote même s’il n’attend que 100 électeurs. A titre illustratif, l’Institut Saint Thomas dans le Mweka, compte deux bureaux de vote. Bien qu’au total, ces deux bureaux de vote ne comptent que 650 électeurs, ils auront droit à 1.320 bulletins en raison de 660 par bureaux. On totalise ainsi 670 bulletins de vote en trop à l’institut Saint Thomas, qui posent question quant à leur éventuelle utilisation. Il faut par conséquent ajuster ou rapprocher le nombre de bulletins de vote du nombre d’électeurs réels de chaque bureau de vote.

La deuxième mesure concrète est la mise en place d’un cadre concerté de réception des résultats provenant des bureaux de vote et des Centres locaux de compilation des résultats. En plus des témoins actuellement prévus au niveau des bureaux et des centres locaux de compilation des résultats, il nous faut une commission ad hoc chargée du suivi permanent des résultats transmis au serveur central de la CENI par les différents bureaux de vote et Centres locaux de compilation des résultats pour éviter tout soupçon de manipulation et modifications des résultats. Dans un esprit de confiance et de transparence, cette commission ad hoc, présidée par la CENI et basée à son siège, devra être composée prioritairement des vingt-un candidats présidents de la République ou leurs délégués.

Enfin, la troisième mesure concerne l’observation régionale ou internationale. Il ne s’agit pas d’une certification des résultats ou d’une immixtion dans le processus électoral, mais d’assurer la transparence et la crédibilité des résultats. Entre autres, un groupe d’experts internationaux ou régionaux neutres peut être placé au Centre national de traitement à la direction informatique de la CENI pour rassurer les parties prenantes au processus électoral sur l’authenticité des résultats transmis par les bureaux de vote et les Centres locaux de compilation des résultats pendant et après le vote. Avec ces trois mesures, ajoutées à la Blockchain, tout aura été mis en œuvre pour instaurer la transparence des élections et la crédibilité des résultats. C’est alors dans un climat de confiance que pourront se dérouler les élections, la campagne électorale, le débat public et le vote lui-même. Ce sont la cohésion nationale, les institutions, la démocratie, et notre souveraineté nationale qui sortiront vainqueurs des élections, quel que soit le résultat, que nul ne pourra contester dans ces conditions.

Fait à Kinshasa, le 1er novembre 2018

Samy BADIBANGA NTITA
Président du Regroupement Les Progressistes
Premier ministre honoraire
Député national

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom