Après les clients, BIAC roule les agents

0

A la Banque internationale pour l’Afrique au Congo -BIAC-, un réseau maffieux, malignement monté par deux personnalités membres du Comité d’administration provisoire -CAP- mis en place par la Banque centrale du Congo -BCC-, martyrise les agents qui accusent 8 mois d’impaiement. Des fins limiers ont rapporté à «AfricaNews» que Benjamin Tshinene, chargé des opérations, et Christian Kahasha, chargé du recouvrement, sont à la tête de ce réseau. Sous leur couvert, ont-ils rapporté, le trésorier de la BIAC, Julien Patauli, effectue des opérations de change de CDF à USD au taux de 820 voire 0,00134.

«Julien Patauli dépendait directement de Christian Kahasha avec qui il appliquait ce taux criminel. Quand l’affaire a éclaté, Kahasha et Tshinene ont gelé les dossiers à leur niveau pour éviter des représailles», ont relaté les sources proches de l’affaire. Puis: «Il a fallu que le Président du CAP, en déplacement, puisse instruire à distance la mise en place d’un comité disciplinaire pour éclairer ce dossier. Ils ont gelé le dossier et organisé la fuite de Patauli de peur qu’il ne divulgue les secrets».

Nos sources ont en plus révélé: «un ancien agent de la BIAC, nommé Alain Pezo, se pointe tous les jours au siège social se faisant passer pour le bon samaritain. Il propose aux agents BIAC, impayés depuis 8 mois, de créditer son compte BIAC et, ensuite, de leur faciliter le retrait moyennant 30% de commission». Il se fait dire à l’interne que le fameux Alain Pezo parvient à retirer de l’argent grâce aux bordereaux de retrait signé par Benjamin Tshinene, son grand ami depuis l’église «Branhamiste» où ils prient ensemble. «Le retrait est effectué à l’agence de Lubumbashi», a-t-on appris.

Pour couvrir ses cyniques opérations, ont ajouté des sources à l’interne, Kahasha s’arrange à tripoter le rapport à expédier au gouverneur de la BCC pour justifier le retard de paiement de 8 mois accusé par les agents et lui faire croire que le recouvrement est faible alors qu’il rapporte beaucoup d’argents. «Nous demandons aux Gouverneur de la BCC d’envoyer une équipe d’Audit pour le recouvrement qui se fait à la BIAC. Nous vous informons que le recouvrement de la BIAC/Kinshasa rapporte beaucoup d’argent, malheureusement les agents demeurent impayés depuis 8 mois. La preuve est que le recouvrement envoie des rapports avec les vrais montants recouverts», ont appelé certains agents. Puis: «Nous demandons aux Chef de l’Etat Joseph Kabila et son Conseiller Luzolo Bambi Lessa de tirer les choses aux clairs en rapports avec tous ces détournements organisés par le CAP et plus précisément par Kahasha et Tshinene».

 

Tino MABADA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom